Accueil > Les Dossiers d'AFDS > Dossiers Séries > Buffy Contre Les Vampires

Buffy Contre Les Vampires

J‘entends déjà les fans de séries “réalistes” frissonner d’horreur à la simple évocation de cette série dans laquelle une adolescente superficielle de 16 ans met une raclée à des vampires. Détrompez-vous! Buffy n’est pas seulement dédiée aux adolescents et recèle de nombreuses richesses à côté desquelles il serait dommage de passer.

Buffy, le film

A l’origine, Buffy Contre Les Vampires est un très mauvais long métrage réalisé en 1992 avec Kristy Swanson et Luke Perry (le Dylan de Beverly Hills). Mal réalisé, mal joué, mal écrit… Tous les ingrédients étaient présents pour lui décerner le prix de meilleur nanar de l’année. Pourtant son scénariste, Joss Whedon, a continué à croire en sa super héroïne.

Ayant travaillé sur les scénarios de blockbusters du grand écran tels que Speed, Alien La Résurrection et Toy Story, le jeune scénariste reste persuadé que Buffy a le potentiel de charmer le public. Il faudra pourtant attendre 1997, en plein Girl Power initié par les Spice Girls, pour que Buffy ressuscite sous forme d’une série destinée aux adolescents. Exit les acteurs du film et bonjour à un tout nouveau casting bien plus inspiré.

Buffy, la série

L’épisode pilote reprend l’histoire exactement où le film se termine. Buffy vient d’apprendre qu’elle est l’Elue, celle qui a été choisie pour affronter le monde des ténèbres. Dotée d’une force colossale, elle doit seule sauver le monde régulièrement. D’un autre côté, elle aspire à vivre une vie d’étudiante normale: avoir des amis, vivre une histoire d’amour et réussir ses études. Elle débarque donc avec sa mère dans la petite ville de Sunnydale. Bien mal lui en prend puisqu’elle apprendra rapidement que Sunnydale est située sur “La Bouche de l’Enfer”, l’endroit par lequel tous les démons sortent de l’enfer pour venir sur terre.

Heureusement, la jeune Buffy se retrouvera vite entourée d’amis fidèles, Willow et Alex (Xander en V.O.) ainsi que de Giles, bibliothécaire du lycée, mais en réalité un Observateur, une sorte de guide spirituel destiné à aider Buffy dans sa mission. Et il lui en faudra du soutien pour faire face durant 7 saisons à un nombre incalculable de démons.

Le plus de la série

Le scénariste originel, Joss Whedon, a eu le bon goût de s’entourer d’une pléiade de scénaristes talentueux tels que Marti Noxon, David Fury et Douglas Petrie, pour permettre à Buffy de s’épanouir.

Soulignons que si la série en était restée à ce concept de base d’une héroïne tuant à chaque épisode le démon de la semaine, Buffy Contre Les Vampires n’aurait jamais eu beaucoup d’intérêt.

Heureusement, au fil des épisodes, les relations entre Buffy et ses amis vont se développer en parallèle à la chasse aux démons. Oui, parce que les relations sentimentales de la jeune adolescente sont tout sauf simples. Willow aime Alex, qui aime Buffy, alors que cette dernière est amoureuse d’Angel… qui n’est autre qu’un vampire avec une âme. Le triangle amoureux classique mais toujours efficace.

D’autant que les scénaristes auront le bon goût de le dépasser après quelques saisons… histoire de complexifier les personnages et leurs relations et de les rendre ainsi bien plus intéressants. Notons d’ailleurs au passage qu’Angel quittera Buffy après 3 ans de bons et loyaux services pour aller casser du démon dans une spin-off, intitulée -Ô surprise- Angel.

Buffy, une série à part

Buffy est vraiment une série à part, inspirant de nombreuses séries fantastiques à sa suite telles que Smallville et Charmed. Nous pouvons même affirmer sans nous tromper qu’elle a renouvelé le genre sériel fantastique à une époque où celui-ci était en perte de vitesse. Très stylisée, la série se démarque par un cocktail détonnant d’humour et d’action (les combats sont chorégraphiés comme des combats de Hong Kong) faisant passer les téléspectateurs du rire aux larmes en l’espace de quelques secondes.

Précisons aux téléspectateurs allergiques aux séries avec des monstres que ces derniers ne sont que des métaphores, les miroirs des difficultés que Buffy rencontre tous les jours, à l’instar d’Ally McBeal et de ses procès.

Notons que le charme des acteurs est pour beaucoup dans le succès de la série. Sarah Michelle Gellar est idéale dans le rôle de Buffy et son jeu ne cessera de s’améliorer au fil des ans. Elle est devenue rapidement la nouvelle coqueluche des adolescents. A ses côtés, se retrouvent des acteurs doués mais encore relativement peu connus. Parmi eux, soulignons les très prometteurs Alyson Hannigan (vue dans la trilogie American Pie) et James Marsters (Spike, le vampire blond peroxydé).

Buffy, les épisodes spéciaux

Une particularité de Buffy est de proposer à chaque saison des épisodes spéciaux, bousculant la narration habituelle. En effet, les créateurs et les scénaristes de la série se sont vite rendus compte des limites imposées par le format télévisuel et les limites de l’histoire elle-même. Désireux de se renouveler, ils ont créé pour chaque saison des épisodes explosant ces limites. Joss Whedon explique cela par le fait qu’il n’avait jamais tourné de série avant (il a été le scénariste de Roseanne tout de même). Etant novice dans la réalisation, il apporte un regard neuf et vierge de tout “tic” télévisuel.

Bien souvent, les épisodes qu’il tourne lui-même figurent parmi les plus intéressants de Buffy. A titre d’exemple, citons l’épisode “Un silence de mort” de la saison 4 dans lequel des démons volent la voix des habitants de Sunnydale. Les trois quarts de l’épisode sont donc silencieux, et condamnent les acteurs à trouver de nouveaux moyens d’expression comme le mime. Ce qui est moins facile qu’il n’y parait. Cet épisode est d’ailleurs un gros clin d’oeil aux fans. En effet, depuis ses débuts, la série est réputée pour la qualité de ses dialogues. Joss Whedon a donc réussi l’exploit de faire un des meilleurs épisodes sans aucun dialogue ou presque. “Un silence de mort” a d’ailleurs été nommé aux Emmy awards.

Les scénaristes aiment également parodier les films d’horreur récents. Dans la saison 7, un épisode est carrément filmé caméra à l’épaule et rappelle furieusement “The Blair Witch Project”.

Mais le plus surprenant se trouve dans la saison 6, où Joss Whedon concrétise un rêve d’enfant en réalisant l’épisode “Que le spectacle commence” qui n’est autre qu’une… comédie musicale. A cause d’un enchantement, tous les habitants de Sunnydale se mettent à chanter quand ils doivent exprimer un sentiment. Résultat, les masques tombent et les secrets sont éventés… mais en chanson, s’il vous plait. Il n’est d’ailleurs pas interdit de penser que cet épisode est le meilleur de tous.

Buffy, critique des saisons et Willow

J’aimerais maintenant m’attarder sur un des personnages les plus attachants et surtout les plus significatifs de l’évolution de la série: Willow. Magistralement interprétée par Alyson Hannigan, Willow est présentée à ses débuts comme une sympathique “nerd” douée pour l’informatique. Hésitante, timide, effacée… La jeune adolescente reste constamment dans l’ombre de Buffy, ne révélant sa force que dans de rares coups d’éclats.

Tout comme la série qui met du temps à trouver sa voie. Pourtant déjà dotée d’une forte personnalité et d’un style reconnaissable entre tous, la première saison de Buffy reste la plus faible pour cause de scénarios hésitants. Les scénaristes hésitent clairement entre une série d’horreur et une série comique. Puis, ils se rendront compte qu’ils peuvent jouer sur les deux tableaux et l’assumeront avec panache.

Tout comme Willow, Buffy Contre Les Vampires va prendre un nouvel élan à partir du moment où Angel perdra son âme dans la deuxième saison. La tueuse se voit obligée d’affronter l’homme qu’elle aime, redevenu un vampire cruel et assassin. La série prend alors des teintes plus sombres et les thèmes soulevés deviennent passionnants. Willow profitera de cette période pour s’affirmer davantage en s’intéressant à la sorcellerie. Elle finira par rendre par magie son âme à Angel, sous le regard désapprobateur de Giles qui ressent que la nouvelle passion de Willow est potentiellement dangereuse.

Devenue une sorcière, la jeune Willow n’est dorénavant plus la demoiselle à sauver mais une alliée puissante de la tueuse. Ses pouvoirs ne cesseront de se développer au fil des épisodes.

Même si elle montre quelques signes d’essoufflements, la saison 4 sera l’occasion pour Willow de s’affirmer de nombreuses fois. D’abord en annonçant son homosexualité à ses amis de la plus belle manière qui soit. Elle avouera ses sentiments envers Tara, une sorcière aussi timide qu’elle l’était à ses débuts. Ce coming out figure parmi les plus touchants dans le monde des séries télés.

Ensuite, Willow s’affirmera davantage face à Buffy. La sorcière ne veut désormais plus être considérée comme une simple sous-fifre de la tueuse, elle veut aussi prendre sa part dans l’action.

La série prend un nouvel envol dans les saisons 5 et 6. Plus sombres, extrêmement structurées et plus matures, ces saisons sont les plus appréciées des fans. Buffy fait face à la mort de sa mère, la responsabilité de prendre en charge sa soeur ou encore repousser son attirance pour Spike tout en affrontant des démons de plus en plus déterminés.

Spoiler

Spoiler

De son côté, Willow doit composer avec des pouvoirs qui s’amplifient alors que sa relation avec Tara prend un tour de plus en plus tragique. Dans la saison 5, la fragile Tara est blessée et laissée pour folle. Willow fait alors appel à la magie noire pour punir la personne responsable de l’état de sa petite amie. Willow démontre alors l’étendue de ses pouvoirs… mais prouve également qu’elle est difficilement contrôlable. A la fin de la saison, elle arrivera à guérir Tara. Mais leur bonheur sera de courte durée puisque dans la saison 6, Tara sera assassinée.

Folle de rage, Willow plongera dans la magie noire et décimera toutes les personnes se trouvant sur son chemin. Décidée à détruire la terre, elle ne sera arrêtée que par Alex, son meilleur ami. Ce dernier arrivera à faire éclore l’étincelle d’humanité qui lui restait. Ce final, le plus intense émotionnellement parlant, restera comme un des plus beaux moments d’une série déjà riche en événements marquants.

Après avoir fouillé dans les recoins les plus sombres de tous les personnages, la saison 6 laissera la place à une saison 7 plus légère dans laquelle Willow devra apprendre à maîtriser ses immenses pouvoirs et faire le deuil de sa vie passée.

Conclusion

La série s’achèvera sur une note positive mais en laissant derrière elle un nombre de fans acharnés, ravis d’avoir suivi une des séries les plus intéressantes de ces vingt dernières années. Une série bourrée de clins d’oeil et de références qui, malgré quelques signes d’essoufflements ici et là, est appelée à passer à la postérité.

À propos de Nathanaël Picas

Nathanaël Picas a suivi des études de journalisme à l’Université Catholique de Louvain. Sa formation terminée, il a travaillé en tant que journaliste free lance pour la presse écrite et télévisée. Il a également été animateur sur Musiq’3. C’est à cette époque qu’il a rejoint l’équipe d’AFDS. En 2005, il devient attaché de presse dans une agence de communication.
x

Regardez aussi

Aventures De Sinbad (les)

Plongez dans la légende des 1001 nuits. Shéhérazade, fille de vizir, nous raconte les aventures du jeune marin Sinbad du temps de la dynastie des abbassides. Ses voyages l'emmènent aux 4 coins du monde de l'Est de l'Afrique au Sud de l'Asie.

Melrose Place

Melrose Place fera les beaux jours de la Fox de 1992 à 1999, 226 épisodes remplis de rebondissements, de vengeances, de coups tordus, de personnages haut en couleur et complètement dingues. Meurtres, résurrections, kidnapping... Melrose Place fut le premier soap totalement décomplexé.