Accueil > Les Suppléments > Episodes > Brooklyn South: 1.01 Pilot

Brooklyn South: 1.01 Pilot

brooklynsouthpilotimage

La journée commençait plutôt bien et la série débutait en douceur par une classique scène de présentation. Phil Roussakov était transféré du 28ème district et rencontrait Richard Santoro, le sergent Francis Donovan et Jimmy Doyle avec qui il allait faire équipe.

Une banale scène d’accrochage routier se déroulait en parallèle du briefing du matin où on apprend que des civils ont la fâcheuse habitude d’appeler le 911 pour des broutilles. Mais Brooklyn South n’est pas une série habituelle.

Soudain un type confond la rue avec un tir de foire. Il tire à bout portant dans la nuque d’un flic et blesse un civil. Les policiers sortent. Kevin ne peut plus bouger. Il dit que c’est Hopkins. Des inspecteurs en civils poursuivent le tueur.

Il tue un aveugle, tire encore. Les flics en uniforme s’engouffrent dans la rue. Encore un coup de feu, la cervelle de Mickey coule sur le trottoir. On entend un hélicoptère. Anne-Marie se rue sur Mickey. Elle est évacuée. Le tueur a un otage. Jimmy parvient à le maîtriser. Personne n’a vu le second tireur.

Je suis sûre que mon rythme cardiaque a doublé. Les bruitages, les plans hachés, les mouvements des personnages, la froide exposition du massacre… Autant d’éléments qui transmettent au téléspectateur une impression de danger. Rarement, on a autant eu l’impression d’être dans l’action. Aussi impuissants que les flics transformés en cibles de kermesse.

Quand est-ce que ça va s’arrêter? La séquence ne fait que 4 minutes et 36 secondes. Quand on regarde cette ouverture pour la deuxième fois, ça paraît moins impressionnant. On a même le temps de faire le bilan. Deux policiers et un civil sont morts, un policier et deux civils sont blessés. Mais la première fois, c’est oppressant.

La série est-elle à l’image de ses cinq premières minutes? Est-ce le quotidien des policiers de New York? Va-t-on basculer dans un monde de violence? Mais le générique tranche curieusement. Les notes de piano, le doux timbre d’une clarinette apaisent. Peut-être que Steven Bochco a, après tout, décidé de commencer par un coup d’éclat pour ensuite passer aux journées ensoleillées de Brooklyn?

Mais non. Le quotidien des flics du 74ème district n’est ni plus violent, ni plus ensoleillé qu’un autre. Bochco nous invite simplement à assister à l’événement qui va marquer toute une brigade. Cette fusillade n’influence pas seulement un épisode, mais déborde sur toute la saison. Si la série avait continué, on en parlerait probablement encore. Les personnages ont beau se retrouver au café, discuter ou se disputer avec leurs proches comme d’habitude, ils ne seront plus jamais les mêmes.

Généralement, dans les séries, les faits se déroulent sur un épisode avant de tomber dans l’oubli. Dans les feuilletons, les morts sont pleurés, les assassins bouclés, les bavures oubliées sans conséquence futures. Brooklyn South a de la mémoire. En quelque sorte, Brooklyn South est une exploration de la psychologie post-traumatique des personnages.

Dans ce pilote, d’autres choses que l’on retrouvera dans les 22 épisodes sont déjà présentes. Les rapports raciaux: une flic se fait traiter de “miss America black”; la soeur du tueur ameute les leaders de la communauté noire. Les relations de couple: Anne-Marie était la copine de Mickey, l’inspecteur dont la cervelle s’est répandue; en plein drame, Jack doit encore supporter une crise de jalousie de sa femme. Les liens de fraternité enfin, notamment entre Jimmy le modèle et son frère qui entre à l’académie.

On croisera aussi souvent la police des polices. Et le lieutenant pose la question qui traversera toute la série: qui a asséné le coup fatal à Hopkins, le tueur? Qui lui a porté le coup de poing qui a brisé ses côtes et perforé le poumon? La série aura juste le temps d’y répondre avant d’être annulée. Peut-être est-ce mieux? Aurait-on pu analyser les conséquences du drame initial plus longtemps? Je ne pense pas.

Brooklyn South n’est pas la préférée des fans de Bochco, elle a pourtant reçu trois récompenses dont un Emmy Award.

La journée commençait plutôt bien et la série débutait en douceur par une classique scène de présentation. Phil Roussakov était transféré du 28ème district et rencontrait Richard Santoro, le sergent Francis Donovan et Jimmy Doyle avec qui il allait faire équipe. Une banale scène d’accrochage routier se déroulait en parallèle du briefing du matin où on apprend que des civils ont la fâcheuse habitude d’appeler le 911 pour des broutilles. Mais Brooklyn South n’est pas une série habituelle. Soudain un type confond la rue avec un tir de foire. Il tire à bout portant dans la nuque…

En quelques mots...

Sarah Sepulchre
Alexandre Marlier

Brooklyn South: 1.01 Pilot

Critique de l'auteur: C'est la première fois que je voyais une série tuer autant de policiers durant la moitié d'un épisode, de surcroît le premier. Le choc du spectateur et à la hauteur de celui des personnages et c'était l'effet recherché.

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Sarah Sepulchre

Sarah Sepulchre est professeure à l’Université de Louvain (UCL, Belgique). Ses recherches portent sur les médias, les fictions, les cultures populaires, les gender studies et particulièrement sur les représentations, les liens entre réalité et fiction. Sa thèse de doctorat était centrée sur les personnages de séries télévisées.
x

Regardez aussi

Magnum: 1.01 Don’t Eat the Snow in Hawaii

L'épisode pilote de Magnum P.I. ne se distingue pas vraiment beaucoup des autres... Sauf que la série s’ouvre sur le pari que Thomas Magnum va gagner et qui va lui permettre de squatter allègrement le domaine de Robin Masters et d’utiliser... la célèbre Ferrari rouge.

The Pacific

The Pacific, c'est tout un pan peu connu par les européens de la seconde guerre mondiale, de la bataille de Guadalcanal à une permission à Melbourne en passant par les traumatismes des combats, pour terminer par la bataille de Peoleliu, la victoire finale et le retour au pays...