Accueil > Les Chroniques > Séries Cinéma > Absolument Fabuleux

Absolument Fabuleux

absolumentimage

L’adaptation cinématographique de série dont je vais vous parler aujourd’hui est un cas un peu particulier… Il s’agit du cas “Absolument Fabuleux”, l’adaptation de la série britannique du même nom.

Curiosité de taille: la nationalité du film. Alors que la série de Jennifer Saunders était un modèle du genre humour-trash-british, et de ce fait ne semblait pas pouvoir être mise en scène par quelqu’un d’autre qu’un anglais, c’est un français qui s’attaque à la réalisation de son adaptation.

Et non des moindres, puisqu’il s’agit de Gabriel Aghion. De quoi faire frémir tous les cinéphiles car il était déjà le fâcheux réalisateur du très moyen “Pédale Douce” et du pitoyable “Le Libertin”.

Le film sera donc français, tourné en français et joué par des acteurs français. Les fans de la série hurlent au scandale, mais visiblement, Aghion semble animé d’une foi absolue en son talent.

Il cherche alors deux actrices pour incarner Edina Mansoon et Patsy Stone, les deux inénarrables héroïnes de la série. Deux héroïnes marquées au fer rouge par leurs interprètes anglaises: Jennifer Saunders elle-même et Joana Lumley, une actrice bien connue des Anglais car elle fût l’une des “Steed girls” des nouvelles aventures de “Chapon Melon Et Bottes De Cuir“.

Aghion engage alors Josianne Balasko et Nathalie Baye pour interpréter ces deux folles de mode irrémédiablement bloquées au bon vieux temps des seventies. Il s’entoure également de Vincent Elbaz, Marie Gillain et Claude Gensac. A première vue, on pourrait se dire qu’il aurait pu plus mal choisir ses acteurs.

Malheureusement, le résultat à l’écran est moins glorieux. Balasko fait du Balasko: Edina, la plus anglaise des folles de la télé devient donc une franchouillarde bourrue sans style. Marie Gillain tente tant bien que mal d’imiter la vraie Safrone, la fille souffre-douleur d’Eddie tandis que Vincent Elbaz se contente de faire son beau mâle. Seule Nathalie Baye impressionne en copie-conforme hallucinante de son double anglais.

Côté histoire, Aghion ne s’est pas trop fatigué: il nous a concocté une pseudo histoire dont on ne comprend ni le début ni la fin. En effet, le bonhomme s’est cru si malin qu’il s’est contenté de mixer les meilleurs passages et gags de la série en un film…

Je suppose qu’il voulait par là ne pas décevoir les fans ou mieux, leur faire un clin d’oeil. Malheureusement, il réalise le miracle de faire tomber à plat chaque blague culte de la série! Pathétique…

Comble de l’horreur, Jennifer Saunders fait un caméo dans le film qu’elle aurait mieux fait de réaliser. Elle y interprète une spectatrice d’un défilé de mode de Gauthier qui vire au cauchemar par la faute d’Eddie et Patsy. Notre bien aimée Anglaise se contente de lever les yeux au ciel devant tant de nullité. Le cinéphile fera de même.

Je devrais terminer ma chronique par cette phrase assassine, mais je ne serais pas juste en ne précisant pas qu’il m’est arrivé d’entendre des personnes avouer avoir aimé le film.

Un petit sondage plus tard, il s’avérait qu’aucune de ces personnes n’avait vu la série anglaise. Seigneur, ayez pitié d’eux! Il ne savent pas! Il ne peuvent donc pas comprendre le fossé colossal qui existe entre l’original et cette vulgaire copie!

Amen.

L’adaptation cinématographique de série dont je vais vous parler aujourd'hui est un cas un peu particulier... Il s'agit du cas "Absolument Fabuleux", l’adaptation de la série britannique du même nom. Curiosité de taille: la nationalité du film. Alors que la série de Jennifer Saunders était un modèle du genre humour-trash-british, et de ce fait ne semblait pas pouvoir être mise en scène par quelqu'un d’autre qu’un anglais, c’est un français qui s’attaque à la réalisation de son adaptation. Et non des moindres, puisqu’il s’agit de Gabriel Aghion. De quoi faire frémir tous les cinéphiles car il était…

En quelques mots...

Nathanaël Picas
Alexandre Marlier
Tilman Villette

Absolument Fabuleux

Critique de l'auteur: Qui d'autre que Gabriel Aghion pouvait à ce point rater la version cinéma française de la plus déjantée des séries anglaises? Un contre-sens absolu où se noient Josiane Balasko et Nathalie Baye.

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Nathanaël Picas

Nathanaël Picas a suivi des études de journalisme à l’Université Catholique de Louvain. Sa formation terminée, il a travaillé en tant que journaliste free lance pour la presse écrite et télévisée. Il a également été animateur sur Musiq’3. C’est à cette époque qu’il a rejoint l’équipe d’AFDS. En 2005, il devient attaché de presse dans une agence de communication.

Laisser un commentaire

x

Regardez aussi

Melrose Place

Melrose Place fera les beaux jours de la Fox de 1992 à 1999, 226 épisodes remplis de rebondissements, de vengeances, de coups tordus, de personnages haut en couleur et complètement dingues. Meurtres, résurrections, kidnapping... Melrose Place fut le premier soap totalement décomplexé.

Lois & Clark: 2.21 Whine, Whine, Whine

Episode charnière de la série Loïs et Clark: celui durant lequel Loïs découvre que Clark Kent est Superman. En soi, ce n'est pas vraiment un épisode exceptionnel ni dans son écriture ni dans sa mise en scène. Mais il est très important car il bouleverse toute l'histoire et la dynamique de la série.