Accueil > Les Chroniques > Séries Cinéma > Bichette La Terreur

Bichette La Terreur

bichetteimage

Bichette est une adolescente américaine typique: blonde, jolie et débordante de vie. Elle est la pom-pom girl vedette de son école et est entourée de plein d’amies.

Ses activités culturelles se limitent au shopping et à sortir avec son petit ami tout droit sorti d’une publicité pour dentifrice. Enfin, sa plus grande ambition est de se marier avec une star de cinéma. Bref, Bichette, si si c’est son nom, est la blondasse idiote typique des films pour adolescents.

Pourtant un jour, la vie de Bichette bascule quand un étranger lui révèle qu’elle a été choisie pour tuer les vampires. Bien qu’interloquée au départ, Bichette devra se rendre à l’évidence: elle est la “terreur”.

Dans sa lutte contre les forces du mal, Bichette rencontrera un rebelle romantique décidé lui aussi à en découdre avec les vampires. Désormais, c’est dans les cimetières qu’elle devra sortir le soir… tout en tentant de mener sa vie d’étudiante du mieux possible.

Cette histoire ne vous rappelle rien?

En effet, derrière cette traduction plus qu’approximative, “Bichette La Terreur” se révèle être en version originale “Buffy, The Vampire Slayer” autrement dit “Buffy, la tueuse de vampires”. Je suis tout simplement en train de vous parler du film à l’origine de la célèbre série.

Une fois n’est pas coutume, c’est le cinéma qui a inspiré une série. Fait également hautement inhabituel, c’est le remake télévisé qui se révèle être 100 fois supérieur à l’oeuvre originale. Bichette La Terreur, bien qu’écrit par le talentueux scénariste Joss Whedon, aussi aux commandes de la série, n’est qu’un nanar d’une nullité abyssale.

La faute en incombe aux producteurs et à la réalisatrice Fran Rubel Kuzui qui n’ont absolument pas saisi le potentiel du scénario et qui se sont dépêchés de sortir le film pour l’été 1992, croyant détenir le film parfait et léger pour les vacances.

Bichette La Terreur accumule tout ce qu’il y a de plus mauvais dans un film. A commencer par le casting: Kristy Swanson dans le rôle de Bichette. Elle a autant de charisme qu’un beignet et fait réellement pâle figure comparée à Sarah Michelle Gellar.

A ses côtés, nous retrouvons un échappé de Beverly Hills: Luke Perry. Devinez le rôle qu’il joue? Un rebelle romantique! En voilà un qui ne craint pas de casser son image. Donald Sutherland fait également partie de la distribution. Son jeu d’acteur est tellement raté qu’on exulte de joie à sa mort.

Enfin, David Arquette fait de brèves apparitions tout au long du film… bien qu’on se demande régulièrement qu’elle est l’utilité de son rôle. Le film pêche par son manque de rythme, sa mise en scène tellement insipide et peu inspirée qu’elle provoque des rires moqueurs involontaires chez le spectateur.

Je n’en dirai pas plus, Bichette La Terreur est le film raté par excellence. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre qu’il s’est vautré au Box-office. Néanmoins, le film vécut une toute autre carrière en cassette vidéo à tel point qu’il donna l’envie à Joss Whedon d’en faire une série.

Certainement une des meilleures idées de sa vie puisqu’elle lui permit de réaliser une des plus intelligentes et des plus attachantes série qu’il soit. Et pourtant Dieu sait qu’avec une casserole comme Bichette La Terreur, Joss Whedon a bien eu du mal à convaincre des gens d’investir dans un tel projet.

Finalement, la Warner Bros qui venait de créer son réseau télévisé (The WB) accepta de le diffuser tandis que de son côté la Fox acceptait de le produire. Un investissement qu’ils ne seront pas prêts d’oublier.

Finalement, notons pour les fans de la série que le film peut-être considéré comme le véritable premier épisode pilote de Buffy Contre Les Vampires. En effet, l’aventure télévisuelle de notre blonde tueuse de vampires commence là où le film s’est arrêté.

Bichette est une adolescente américaine typique: blonde, jolie et débordante de vie. Elle est la pom-pom girl vedette de son école et est entourée de plein d’amies. Ses activités culturelles se limitent au shopping et à sortir avec son petit ami tout droit sorti d’une publicité pour dentifrice. Enfin, sa plus grande ambition est de se marier avec une star de cinéma. Bref, Bichette, si si c’est son nom, est la blondasse idiote typique des films pour adolescents. Pourtant un jour, la vie de Bichette bascule quand un étranger lui révèle qu’elle a été choisie pour tuer…

En quelques mots...

Nathanaël Picas
Alexandre Marlier
Sarah Sepulchre

Bichette La Terreur

Critique de l'auteur: Massacrant le scénario de Joss Whedon, ce film réunit tous les ingrédients d'une série B navrante. Mais pose les jalons d'une série devenue culte.

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Nathanaël Picas

Nathanaël Picas a suivi des études de journalisme à l’Université Catholique de Louvain. Sa formation terminée, il a travaillé en tant que journaliste free lance pour la presse écrite et télévisée. Il a également été animateur sur Musiq’3. C’est à cette époque qu’il a rejoint l’équipe d’AFDS. En 2005, il devient attaché de presse dans une agence de communication.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Regardez aussi

Dreams: 1 Rêve, 2 Vies

Sur l'île paradisiaque de Saint-Martin, les producteurs d'une célèbre émission de télé-crochet "Dream Star" entament le casting de leur nouvelle saison. Quand on sait que l'île compte 75.000 habitants en moyenne, on s'étonne rapidement de la pertinence d'y faire un casting...

Titanic: De Sang Et D’Acier

La tragédie industrielle du siècle dernier cache bien plus que la simple histoire d’un navire qui heurte un iceberg et entraîne la mort de milliers de personnes. Car ce bateau, il a bien fallu le construire… en pleine période où les travailleurs ont commencé à se battre pour leurs droits.