Accueil > Les Chroniques > Séries Craignos > Joséphine, Ange Gardien

Joséphine, Ange Gardien

Je ne sais pas vous mais personnellement, j’ai toujours eu une vision très romantique des anges. De superbes personnages asexués, une beauté irréelle de laquelle émane un doux halo blanc, des ailes interminables…

Autant vous dire que mon fantasme a explosé comme une ampoule qui grille quand est apparue pour la première fois sur nos écrans: Joséphine, Ange Gardien!

Adieu romantisme, adieu lutte acharnée du bien contre le mal, adieu personnages flamboyants. Et bonjour les bons sentiments, la psychologie de Monoprix et les grandes leçons de vie dignes de “Martine A La Plage”.

Créée par Laurent Chouchan, Michel Lengliney et Philippe Niang, la série fait pourtant les beaux jours de TF1 depuis 1997. Imaginez-vous: plus de 50 épisodes de 90 minutes étendus sur 13 ans. Et chaque fois, un immense succès public. Une torture sans fin pour mon esprit cynique.

Petit rappel de l’histoire pour ceux qui auraient passé ces 13 dernières années dans un bunker sans eau et sans électricité: Joséphine Delamarre est, comme le titre de la série l’indique, un ange gardien. Le ciel décide de l’envoyer sur terre pour aider des personnes dans le besoin: des déprimés, des familles en détresse, des couples sur le point de rompre… Bref, des gens comme vous et moi.

Et la série d’aborder une multitude de thèmes plus convenus les uns que les autres: l’illettrisme, le racisme, la violence conjugale, l’homosexualité. J’en passe et des meilleurs…

Pour résoudre ces problèmes, Joséphine possède trois atouts majeurs: sa finesse psychologique (hum hum), sa capacité de persuasion (oui, madame est une teigne et ne lâche pas l’affaire tant qu’elle n’a pas obtenu gain de cause) et enfin, en dernier recours, des pouvoirs magiques.

Point de nez qui remue ou de formules magiques qui riment des soeurs Halliwel, Joséphine claque des doigts. Et hop que je te fais disparaître un objet, et hop que je te sors un lapin d’un chapeau, et hop que je donne envie au téléspectateur de se pendre avec la ficelle d’alimentation de son téléviseur.

La nausée nous saisit à chaque fin d’épisode lorsque, à coup de morale, la bonne Joséphine arrive toujours à ses fins en réconciliant les causes qui semblaient pourtant perdues. Même son interprète le dit “Joséphine, Ange Gardien ce sont des faits de société à la manière de Joséphine, c’est-à-dire qu’ils se terminent toujours bien et non pas par trois morts…”.

En parlant d’interprète, j’avais justement gardé le meilleur pour la fin puisque c’est l’inénarrable Mimie Mathy qui prête ses traits à l’ange.

L’actrice ne se soucie d’ailleurs pas de jouer à l’identique le rôle qu’elle tenait déjà dans le téléfilm “Une Nana Pas Comme Les Autres” suivi de l’effroyable “Une Nounou Pas Comme Les Autres”. Les connaisseurs relèveront d’ailleurs d’étranges similitudes dans l’histoire de ses téléfilms et celle de la série.

C’est à se demander si l’académie des “Sept D’Or” n’est pas totalement corrompue quand celle-ci récompense Madame “Eau Ecarlate” en tant que meilleure comédienne de fiction en 1998, 2000 et 2003.

Il faut croire que le politiquement correct fera toujours recette!

Je ne sais pas vous mais personnellement, j’ai toujours eu une vision très romantique des anges. De superbes personnages asexués, une beauté irréelle de laquelle émane un doux halo blanc, des ailes interminables... Autant vous dire que mon fantasme a explosé comme une ampoule qui grille quand est apparue pour la première fois sur nos écrans: Joséphine, Ange Gardien! Adieu romantisme, adieu lutte acharnée du bien contre le mal, adieu personnages flamboyants. Et bonjour les bons sentiments, la psychologie de Monoprix et les grandes leçons de vie dignes de "Martine A La Plage". Créée par Laurent Chouchan,…

En quelques mots...

Nathanaël Picas
Alexandre Marlier

Joséphine, Ange Gardien

Critique de l'auteur: Probablement l'un des meilleurs exemples de ce que la France peut produire de pire au niveau sériel...

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Nathanaël Picas

Nathanaël Picas a suivi des études de journalisme à l’Université Catholique de Louvain. Sa formation terminée, il a travaillé en tant que journaliste free lance pour la presse écrite et télévisée. Il a également été animateur sur Musiq’3. C’est à cette époque qu’il a rejoint l’équipe d’AFDS. En 2005, il devient attaché de presse dans une agence de communication.

Laisser un commentaire

x

Regardez aussi

Dreams: 1 Rêve, 2 Vies

Sur l'île paradisiaque de Saint-Martin, les producteurs d'une célèbre émission de télé-crochet "Dream Star" entament le casting de leur nouvelle saison. Quand on sait que l'île compte 75.000 habitants en moyenne, on s'étonne rapidement de la pertinence d'y faire un casting...

Titanic: De Sang Et D’Acier

La tragédie industrielle du siècle dernier cache bien plus que la simple histoire d’un navire qui heurte un iceberg et entraîne la mort de milliers de personnes. Car ce bateau, il a bien fallu le construire… en pleine période où les travailleurs ont commencé à se battre pour leurs droits.