Accueil > Les Chroniques > Who's Who > Joss Whedon

Joss Whedon

jossimage

Il faut bien dire ce qui est: mes précédents Who’s Who étaient plutôt à prendre au 2ème degré. Mais là, c’est fini, je vais vous parler de mon dieu et maître, l’homme qui m’a fait vénérer une série pour ados, qui a inspiré mon fils de 5 ans dans sa danse de la joie quotidienne et a attisé en moi la flamme du girl power!

Ce créateur de séries cultes est la troisième génération d’une famille de scénaristes télé et passe avec aisance de l’univers des vampires à Shakespeare. En 2012, il écrit et réalise le 3ème plus grand succès commercial du cinéma. Je veux bien entendu parler du formidable Joss Whedon.

La terre nous a donné Joss le 23 juin 1964 à New york. Il grandit parmi ses 4 frères et écrit dès sa plus tendre enfance. Après ses études dont 2 années en Angleterre, il fait ses débuts comme scénariste sur les séries Roseanne et Parenthood.

En 1992, il écrit le scénario du film Buffy Contre Les Vampires (Bichette La Terreur) mais est extrêmement déçu de ce qu’en fait la réalisatrice. Il garde ce projet dans un coin de son incroyable cerveau et co-scénarise Toy Story qui lui offre une nomination aux Oscars.

Il connait une autre déception lors de l’écriture du film Alien, La Résurrection, sa vision du scénario ne collant pas avec ce qu’en a fait Jean-Pierre Jeunet.

Il continue à travailler comme script-doctor sur des blockbuster dont Speed (dont il écrit la majorité des dialogues) mais s’attelle aussi à la création de la série Buffy, The Vampire Slayer et développe le Buffyverse, l’univers autour de l’héroïne, qui connait encore aujourd’hui un énorme nombre de fans.

L’axe métaphorique de la lutte contre les démons qu’il utilise pour illustrer la difficulté de la période adolescente lui a donné une place dans les thèses universitaires.

Pour casser le canevas qu’il déteste de la jeune fille blonde qui se promène seule dans une allée sombre et finit inévitablement par se faire tuer, il réécrit les bases de l’héroïne TV, forte, déterminée et investie d’une mission. Les personnages féminins sont d’ailleurs les plus intéressants dans la série.

Buffy lui offre aussi la possibilité de s’essayer à plusieurs genres cinématographiques dans un brillant épisode muet et le formidable “Once More With Feelings” sous forme de comédie musicale.

Après 3 saisons de Buffy, il crée un spin-off, plus adulte, autour du personnage d’Angel, le vampire tourmenté. Il apparaîtra, méconnaissable et non-crédité, dans le rôle de Numfar, un démon qui s’exprime en dansant. Un moment d’anthologie!

Même si la ligne directrice est toujours celle de Whedon, il délègue rapidement le show-running, entre autre au co-créateur David Greenwalt, mais réalise le dernier épisode de la saga “Not Fade Away” qui lui vaudra une nomination pour plusieurs Awards.

Parallèlement, il écrit Firefly, un western de science-fiction, plaidoyer anti-totalitariste, qui a malheureusement été annulé après une saison, suite à un cafouillage de la chaîne et malgré une excellente critique, mais qui a trouvé depuis un place parmi les séries cultes. De la série, découlera un film: Serenity, des nouvelles et des bandes dessinées. Serenity remportera plusieurs récompenses et SFX magazine le classera comme le meilleur film de science fiction de tout les temps.

Durant la grève des scénaristes hollywoodiens, Joss écrit, produit et réalise “Dr Horrible Sing Along Blog” une mini web série de 45 minutes avec Neil Patrick Harris en aspirant vilain de comics qui échoue dans ses tentatives machiavéliques par manque de méchanceté. Face à lui, Nathan Fillion incarne Captain Hammer, un super héros musclé, ringard et vaniteux. La production remporte plusieurs récompenses dont un Emmy Award.

Avec Dollhouse, Joss crée une nouvelle série atypique en plaçant l’intrigue dans un laboratoire qui programme et dé-programme la mémoire de personnes envoyées en missions secrètes, en en faisant des marionnettes sans personnalité propre. Là aussi, c’est un personnage féminin fort, Echo, qui sera au centre de l’intrigue. L’idée n’était évidement pas mauvaise, mais les audiences et critiques n’ont pas suivi et la série est annulée après 2 saisons.

En voulant toujours démonter les clichés des teen horror movies, Joss écrit et produit le film “The Cabin In The Woods” qu’il décrit comme “a loving hate letter” envers le genre.

Parallèlement, il assouvit une passion d’ado en scénarisant des comics, dont les dérivés de Buffy et Angel, et Atonishing X-men pour Marvel, ce qui l’amène à un partenariat avec le groupe et lui fait écrire et réaliser “The Avengers”, méga production réunissant tous les super héros Marvel. Le film devient rapidement le 3ème plus gros succès commercial du cinéma.

Suite à cela, il lance en 2013 une 5ème série télé “Agents Of SHIELD”, qui met en scène un groupe d’intervention spécial de l’univers Marvel. Le pilote réunit 12 millions de téléspectateurs mais l’audience baisse au fur et à mesure de la saison.

Pour sortir de l’univers de Captain America et Cie, Joss nous surprend. Il rassemble dans sa maison de Los Angeles des amis comédiens et tourne, en 2 semaines, sa version en noir et blanc, et en texte original, de “Much Ado About Nothing / Beaucoup De Bruit Pour Rien” de William Shakespeare. Dans cette adaptation, on ressent tout l’amour de Joss Whedon pour ses acteurs, dont beaucoup sont récurrents dans ses productions comme Amy Acker, Alexis Denisof, Nathan Fillion. Ils les emmène au meilleur d’eux-même.

On comprend ici la vérité qu’il met dans ses personnages, même les plus délirants de ses productions antérieures. Malgré le texte intégral respecté à la virgule, la patte humoristique et second degré sont whedonesque.

S’il y a rarement de couples heureux dans l’univers de Joss, il n’en est pas de même pour sa vie personnelle car il est marié depuis bien longtemps à Kai Cole et est papa de 2 enfants.

J’aime Joss Whedon, non seulement pour son talent de créateur et son autodérision mais aussi pour son féminisme raisonné. Je vous invite d’ailleurs à regarder son discours de remerciement lors d’un hommage que lui a rendu le groupe de lutte contre les violences et discriminations envers les femmes “Equality Now” dans lequel il s’étonne que les journalistes lui demandent systématiquement: “Pourquoi écrivez-vous des rôles de femmes fortes?”... “Ben, parce que vous continuez à me poser la question…” et explique que pour lui l’égalité homme-femme est comme la force de gravité, on en a besoin pour se tenir debout.

Et oui, c’est tout Joss, ça! Comme récemment lorsqu’il présente ses excuses aux habitants de Séoul pour les désagréments de circulation causés par le tournage de The Avengers 2.

Cet homme qui a crée des univers forts, des mythologies complexes et passionnantes, nous étonnera surement encore dans les prochaines années, entre autre avec sa production indépendante “In Your Eyes”.

À propos de Sophie Sourdiaucourt

Après un passage par l'IHECS, Sophie a découvert le langage audiovisuel en suivant un écolage de cinéma. Elle a ensuite travaillé dans une compagnie de théâtre. Depuis de nombreuses années, Sophie suit avec intérêt l'actualité des séries et était déjà une auditrice attentive d'"Aux Frontières Des Séries" avant de rejoindre l'équipe en 2012.
x

Regardez aussi

Bernard Yerlès

Né à Etterbeek en 1961, Bernard Yerlès commence sa carrière d’acteur au théâtre et au cinéma en Belgique en tournant, entre autres, avec André Delvaux ou Chantal Ackerman ou encore Jaco Van Dormael (Toto Le Héros). Après quelques années, il tente sa chance en France...

Are You Series? 2016

Retour sur la quatrième édition du festival belge "Are You Series?" qui se déroule depuis 2012 à Bozar à Bruxelles, marquée par la présence du showrunner Chris Brancato (Narcos), la présentation de The Young Pope et de Ku'damm 56, ainsi qu'une mise en avant du phénomène des webséries.