Red Carpet

Séries Mania 2019: Episode 5

Cela fait longtemps que le Festival Series Mania rêvait de faire venir Annabel Jones et Charlie Brooker, les créateurs de Black Mirror. C’est désormais chose faite. Nous avons eu la chance d’assister à leur masterclass mais également à un échange avec Ted Sarandos, le responsable de la création de Netflix, dans le cadre du forum professionnel. Cet échange n’a duré que 30 minutes et a porté sur leur relation avec la plateforme de streaming, qui est assez libre.

A la base, Black Mirror était diffusé sur Channel 4 et Netflix était très intéressé de reprendre sa diffusion. Leur argument de choc: pas de note de relecture de scénario contraignante. Ce qui pour une équipe créative est un luxe absolu!

Les 3 ont principalement parlé du fameux épisode interactif qu’ils ont réalisé en décembre 2018. Le spectateur y est invité à faire des choix tout au long de l’histoire. Cela a demandé de tourner 5 h 30 d’images pour “Bandersnash”. Les choix peuvent mener à 5 fins différentes. Cela a visiblement été un cauchemar à écrire pour Charlie Brooker.

L’intention de la série n’était pas de faire un manifeste contre la technologie, Charlie Brooker étant lui-même un geek. Black Mirror a été crée pour amener le questionnement sur l’usage des technologies. La grande liberté de cette série est de ne pas avoir de personnages récurrents, pas d’arc narratif sur la saison, pas de cliffhanger. Chaque épisode est conçu comme un film. Un réalisateur différent est choisi à chaque fois, en fonction de son univers artistique. Charlie Brooker et Annabel Jones restent les showrunner à chaque fois. La rencontre d’1h30 avec les 2 créateurs fut passionnante, entre anecdotes, dessous de production, et leur grande complicité.

Twin est en quelque sorte un des bébés du festival. La série norvégienne avait été pitchée dans le cadre du forum professionnel il y a 2 ans et a donc pu se monter suite à son passage à Séries Mania. Elle dépeint les trajectoires de vie très différentes de frères jumeaux. Le temps est loin où ils ont créé leur école de surf au bord d’un fjord. La vie les a séparés et ils ont perdu le contact. Si Erik est resté vivre dans le camping car sur la plage, Adam a évolué, ouvert un hôtel et fondé une famille. Erik passe ses journée à faire du surf et croule sous les dettes. Adam vit une vie agréable avec sa femme et ses 2 enfants. Lorsqu’Erik a un accident et que son camping tombe dans le fjord, tout le monde le croit mort. Il s’est en fait rendu chez son frère pour lui demander de l’aide financière.

On sent entre les 2 hommes une tension très forte et beaucoup de non-dits. Un bagarre s’ensuit sur le pont d’un bateau. Adam, dans un moment de colère faillit d’étrangler son frère, mais la femme d’Adam le repousse violemment. Il tombe et se brise le crâne. Erik part en bateau avec le corps d’Adam et une bourrasque emporte Adam au large. Une solution s’offre alors à Erik et sa belle-soeur: tout le monde croit Erik mort et le corps de son jumeau identique est repêché dans la mer. Ils décident qu’Erik prendra la place d’Adam pour éviter à ses enfants de pleurer leur père et à leur mère de se retrouver en prison. Cela faisait longtemps que le créateur et l’acteur principal avaient ce projet sur le changement d’identité. L’idée a germé il y a 15 ans mais a été vraiment travaillée intensivement depuis 4 ans.

Paysages magnifiques, baignés d’une lueur froide, scandinave ce qui donne à la cinématographie une ambiance particulière. L’utilisation de la caméra à l’épaule ajoute un sentiment du chaos ressenti par les personnages. Ce qui est intéressant sur le traitement du changement d’identité, c’est que c’est une décision conjointe entre Erik et sa belle-soeur, c’est même elle qui en a l’idée. Cela fait que la situation n’est pas malsaine comme c’est souvent le cas pour ce sujet. En plus, c’est très bien amené et subtil. L’humour y est d’ailleurs injecté par touches délicates et est amené par l’absurdité de la situation et l’incompréhension des personnages de ce qui leur tombe dessus. Les silences ont aussi un rôle prépondérant.

Pour le côté people, l’acteur Kristofer Hivju, a été accueilli comme une rock star. C’est lui qui joue Tormund, le chef sauvageon à la chevelure rousse.

Côté format court, j’ai pu découvrir Zerosterone. J’avais déjà entendu parler de cette webserie au festival Are You Series? à Bruxelles, lors d’une rencontre avec Marion Seclin, la comédienne et youtubeuse connue pour ses prises de position féministes. J’étais donc impatiente de découvrir le résultat de ce travail d’écriture en groupe.

Cela fait un peu plus d’un siècle que tous les hommes ont disparu de la terre. Tout se passe bien et les femmes se sont ré-approprié tous les rôles de la société. Pour permettre le renouvellement de la population, les femmes doivent être inséminées, une fois dans leur vie, avec ce qui reste des banques de sperme. En parallèle, des recherches sont menées pour trouver un palliatif artificiel à la semence masculine. L’une des cobayes de ces expériences s’échappe et est bien décidée à démontrer que les théories complotistes sont vraies: Il y a encore au moins 1 homme sur terre. Elle va emmener avec elle deux soeurs, d’abord sous la contrainte, mais rapidement leur curiosité les pousseront à faire équipe. Sur leur chemin, elle s’arrêteront au fameux Hommeland, un genre de parc d’attraction avec des robots humanoïdes masculin, reproduisant des scènes de vie du mâle à l’époque de sa toute puissance.

La série a des allures de road movie sur fond d’anticipation. Une dystopie divertissante, engagée et bien réalisée, avec juste ce qu’il faut d’effet spéciaux pour nous projeter 100 ans en avant et une distance parfois naïve sur le patriarcat dans les yeux de femmes n’ayant jamais rencontré d’homme.

L’aventure Séries Mania 2019 se termine doucement mais la 10ème édition du festival nous réserve encore quelques surprises dont nous vous parlerons dans notre prochain podcast!

Tags

Sophie Sourdiaucourt

Après un passage par l'IHECS, Sophie a découvert le langage audiovisuel en suivant un écolage de cinéma. Elle a ensuite travaillé dans une compagnie de théâtre. Depuis de nombreuses années, Sophie suit avec intérêt l'actualité des séries et était déjà une auditrice attentive d'"Aux Frontières Des Séries" avant de rejoindre l'équipe en 2012.

Du même auteur:

Découvrez également

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer