Cliffhanger

Cliffhanger… En français, cela signifie littéralement: “accroché à une falaise”. Dans le contexte télévisuel, cela désigne une scène où l’intrigue reste en suspens. Les personnages sont dans une position délicate. Généralement le procédé est utilisé à la fin des saisons.

Jouant sur l’effet d’attente, les producteurs se disent que les téléspectateurs seront au rendez-vous en septembre pour voir comment leur héros favori s’en est sorti. Le plus célèbre des cliffhangers a été produit lors d’un “season finale”. Qui a tiré sur JR? Les Américains se sont posé cette question deux mois durant entre les saisons 2 et 3 de Dallas. Une attente frustrante d’autant qu’on ne savait même pas s’il avait survécu. Je vous rassure, JR a encore pu enchaîné 10 saisons et 2 téléfilms ensuite.

Le cliffhanger n’est pas un phénomène neuf. Il était déjà utilisé dans les sérials. Les films “à suivre” projetés durant la première moitié du 20ème siècle. On ne citera en exemple que les Judex et les Fantômas. A la fin de chaque bobine, on laisse le personnage dans un mauvais pas. Un peu comme les films d’horreur qui, par une toute petite image placée après le dénouement, sous-entendent que l’histoire n’est peut-être pas aussi terminée qu’il y paraît.

Aujourd’hui, les cliffhangers sont de plus en plus utilisés et pas seulement en juin. Plusieurs cliffhangers jalonnent parfois les saisons. Ils relancent l’attention ou soulignent un bouleversement majeure dans l’intrigue. On a aussi inventé les mini-cliffhangers. Ils sont placés juste avant les pubs pour inciter les téléspectateurs à ne pas zapper.

Au rayon pratico-pratique, les cliffhangers peuvent également servir à relier les volets d’un épisode en deux parties. Soi dit en passant, c’est d’ailleurs le seul moment, où un téléspectateur actuel peut encore lire le fameux “to be continued” ou “à suivre”. A part dans ce cas, l’inscription n’est plus vraiment utilisée puisque les gens sont habitués à la fiction à épisodes.

Enfin, le cliffhanger se révèle très intéressant pour les téléfilms. La pratique est de plus en plus courante: les séries ne se terminent pas vraiment et on tourne de temps en temps des téléfilms de “réunion”. Il y en a eu pour Dallas, pour Beverly Hills 90210. En principe, un téléfilm est une fiction isolée qui ne fait suite à rien. Le cliffhanger peut créer un effet série. C’est plutôt artificiel… Certains doivent penser que c’est mieux que rien. Entre les deux téléfilms du Caméléon, par exemple, la scène renoue avec les grands cliffhangers de jadis: Jarod et Miss Parker sont dans un train qui explose… Sont-ils toujours en vie?

Les grandes tendances de la fin de saison 2002-2003? La mise en danger des protagonistes. Joe Mannion est kidnappé dans Washington Police. Même sort pour l’un des enquêteurs de FBI: Porté Disparu et pour l’un des membres de l’entourage du président des Etats-Unis dans A La Maison Blanche. Le danger est fatal à un personnage d’Alias, un de New York 911 et l’un des flics de New York Police D’Etat. D’autres séries ont choisi la surprise. Malcolm va avoir un petit frère ou une petite soeur. Des révélations sur la vie privée d’enquêteurs des Experts. Carter et Kovac (Urgences) se rendent en mission en Afrique.

Pour réellement en terminer avec le cliffhanger, sachez qu’il n’est plus uniquement l’apanage des feuilletons américains. La septième saison de PJ diffusée au printemps 2003 se termine sur un coup de feu… L’ex de la petite-amie de Vincent Fournier a tenté de l’assassiner. Deux solutions: soit il s’agit d’une manière brutale et définitive de libérer l’acteur Bruno Wolchowitch pour d’autres occupations, soit le commandant va survivre à ses blessures.

À propos de Sarah Sepulchre

Sarah Sepulchre est professeure à l’Université de Louvain (UCL, Belgique). Ses recherches portent sur les médias, les fictions, les cultures populaires, les gender studies et particulièrement sur les représentations, les liens entre réalité et fiction. Sa thèse de doctorat était centrée sur les personnages de séries télévisées.
x

Regardez aussi

Magnum: 1.01 Don’t Eat the Snow in Hawaii

L'épisode pilote de Magnum P.I. ne se distingue pas vraiment beaucoup des autres... Sauf que la série s’ouvre sur le pari que Thomas Magnum va gagner et qui va lui permettre de squatter allègrement le domaine de Robin Masters et d’utiliser... la célèbre Ferrari rouge.

The Pacific

The Pacific, c'est tout un pan peu connu par les européens de la seconde guerre mondiale, de la bataille de Guadalcanal à une permission à Melbourne en passant par les traumatismes des combats, pour terminer par la bataille de Peoleliu, la victoire finale et le retour au pays...