Accueil > Les Suppléments > Le Monde de l'Animé > Escaflowne (Vision d’)

Escaflowne (Vision d’)

escaflowneimage

Il se peut que la fiction se rapproche très fortement de la réalité. Mais pour notre plus grand bonheur ce n’est pas toujours le cas. Notre monde a bien besoin d’un peu de fantaisie, et cette fantaisie, ou devrais-je plutôt dire heroic fantasy, vous sera offerte par la très belle série animée Escaflowne.

Cette oeuvre japonaise, créée en 1996, nous livre les aventures de Hitomi Kanzaki, une jeune lycéenne de quatorze ans qui possède le don de lire l’avenir dans les cartes de tarot.

Amoureuse du capitaine de l’équipe d’athlétisme du lycée, elle tente un soir de battre un record sous ses yeux pour l’impressionner. Surgit alors dans un éclair au milieu de la piste un jeune garçon vêtu à la mode médiévale. Après avoir vaincu un dragon qui apparaît à son tour, le Prince Van emmène Hitomi avec lui dans le monde magique de Gaia.

De là-bas, elle peut apercevoir la Terre qui est appelée “La Lune Des Illusions”. Elle fera ensuite la connaissance de Allen Schezar, chevalier du royaume d’Astria dont elle tombera follement amoureuse. Et ce qu’il faut savoir c’est que dans cet univers, les deux hommes mènent une lutte sans merci contre l’empire Zaibacher. Hitomi se retrouve alors au beau milieu du conflit.

Mais serait-elle arrivée là par hasard? Nous n’en sommes pas si sûr. Car Hitomi, grâce au pouvoir de ses visions pourrait très bien être la seule à pouvoir changer le destin de Gaia et ses habitants.

Remontons à présent aux sources de cette série. Imaginée par Shoji Kawamori, Escaflowne devait à l’origine se composer de 39 épisodes. Mais lorsque le supposé réalisateur quitte le projet, la série reste en suspens durant plus de deux ans avant d’être reprise par le prestigieux studio Sunrise.

La série sera ramenée à 26 épisodes de 20 minutes correspondant chacun à un arcane du jeu de tarot de l’héroïne. Diffusée à partir d’avril 1996 sur TV Tokyo, la série arrivera dans nos contrées à partir de septembre 1999 sur Canal +, puis rediffusée sur Mangas et Game One.

Mais des adaptations d’Escaflowne vont très vite voir le jour: un jeu vidéo sortira en 1997, un film d’animation en 2000 et un manga en 8 volumes en 2002 qui se révélera néanmoins quelque peu différent de la série.

Ainsi, même si cet animé a des airs de Chevaliers Du Zodiaque ou d’heroic fantasy, elle va cependant proposer une vision assez intéressante et innovante du genre.

Nous sommes entourés de magie et de dragons, mais la technologie a elle aussi sa place. Nous ne tombons pas facilement dans le déjà-vu. Nous sommes dans un univers fantastique oui, mais le monde d’Escaflowne parvient à se placer en dehors des clichés du genre elfes ou fées. La série présente à la place un certains nombre d’humains animaux.

Escaflowne se révèle être une oeuvre qui attise la curiosité. Avec ses personnages attachants que nous apprenons à comprendre au gré des épisodes, et des amours restant quelque peu indécis, il est sur que cet animé ne manque pas de piment.

La bande son, elle non plus, n’est pas négligée. La musique classique apporte une dimension dramatique aux scènes de combats et colle parfaitement à l’esprit de cet animé.

Mais ce que nous avons omis d’expliquer jusque là est l’origine du mot Escaflowne, titre de la série. En réalité, Escaflowne est le nom donné au guymelef de Van. Et qu’est-ce qu’un guymelef? Et bien il s’agit d’une sorte d’armure géante utilisée pour les combats et qui dispose d’un cockpit spécial pour son pilotage.

Vous l’aurez compris, cette série japonaise est un monde à elle toute seule, elle exige un certain degré de compréhension mais fera le bonheur des amateurs d’animation en tous genres.

À propos de Cindy Willeme

Cindy Willeme est licenciée en Analyse des médias. Elle a réalisé son travail de fin d’études sur la réception de la série Sex & The City, ce qui l’a amenée dans les coulisses d’AFDS.tv. Sortie des études, elle travaille dans l’organisation d’événements en rapport avec l'audio-visuel.
x

Regardez aussi

Luck

Luck nous plonge dans l’univers des courses hippiques, ce qui n’est peut-être pas le "dada" de tout le monde. L'occasion de découvrir ce milieux plutôt fermé au travers des regards de parieurs, jockeys, entraîneurs, organisateurs de courses... Une plongée opaque dans ce monde très particulier.

Six Feet Under

L’envol d’un oiseau dans le ciel, un arbre et la nature paisible face à l'horizon, deux mains qui se lâchent... Pas de doute, la mort est bien présente dans le générique de Six Feet Under. Et comment pourrait-il en être autrement puisqu'elle est l'un des sujets principaux de cette série d'Alan Ball?