Accueil > Les Chroniques > Séries Cinéma > Séminaire (le)

Séminaire (le)

Le Séminaire

De 2001 à 2003, le programme court “Caméra Café” d’Yvan Le Bolloc’h et Bruno Solo, a fait les beaux jours d’M6, grâce à des sketchs inventifs, drôles et de irrévérencieux.

Tout naturellement l’idée d’adapter la série s’est manifesté après l’arrêt du programme. En 2005 a donc débarqué “Espace Détente” qui reprenait les personnages de la série, pour un résultat plus que mitigé et plutôt plat. 4 ans plus tard, c’est avec surprise mais sans grande impatience que l’on voit débarquer sur les écrans de cinéma “Le Séminaire”, suite des aventures de nos employés accrocs à la caféine.

Première constatation, le casting est ici amplement réduit. On se focalisera uniquement sur 7 personnages de la série d’origine. Hervé Dumont, toujours aussi syndicaliste mais couard dans l’âme désormais en couple avec Fred et père d’un bébé, Jean-Claude Convenant désormais séparé de Véro sa femme et vivant dans une caravane posée sur le jardin d’Hervé, Jeanne toujours aussi dépressive, Jean-Guy leur boss hautain et colérique, Philippe plus gay que jamais et Maëva toujours aussi cruche et désormais enceinte de Sylvain, malencontreusement décédé suite à la consommation d’un steak avarié.

Notre joyeuse bande, Fred exceptée, se rend à un séminaire à Paris de type “Team Building” afin de renforcer les liens de l’équipe et améliorer le rendement de chacun.

Multipliant les scénettes parfois amusantes mais souvent navrantes, le film énumère avec un cruel manque d’aplomb et de fantaisie les différentes méthodes utilisées par ces séminaires d’un nouveau genre. Ce qui aurait pu, grâce à une écriture plus fine et une analyse peut-être moins artificielle, se révéler une corrosive critique du monde du travail et du team building, s’avère au final plombé d’un humour potache et de scènes se terminant presque automatiquement dans une hystérie collective agaçante.

Les auteurs avaient de toute évidence un sujet en or entre les mains, encore très peu traité au cinéma et il est dès lors plus que navrant de voir le propos se diluer dans une succession de scènes ineptes.

De même la tentative de reconquête de sa femme par Jean-Claude, ainsi que le flirt adultérin d’Hervé avec l’assistante du coach, ne sont que des sous-intrigues parasites qui ne soulèvent pas le moindre intérêt. On atteindra un sommet lors d’un final grand-guignol hors propos et parfaitement ridicule.

La réalisation dégueulasse de Charles Némès, déjà responsable du sinistre “La Tour Montparnasse Infernale”, renforce l’idée d’un film pensé et mis en scène à la va-vite afin de justifier le lancement de la suite de la série télévisée, un “Caméra Café 2” qui ne fera au final pas long feu.

Reste le plaisir de revoir certains personnages que l’on a pu apprécier dans le programme court multi-rediffusé. C’est très peu et amène inévitablement à la conclusion que celui-ci n’aurait au final jamais du franchir la barrière du petit écran.

De 2001 à 2003, le programme court "Caméra Café" d'Yvan Le Bolloc'h et Bruno Solo, a fait les beaux jours d'M6, grâce à des sketchs inventifs, drôles et de irrévérencieux. Tout naturellement l'idée d'adapter la série s'est manifesté après l'arrêt du programme. En 2005 a donc débarqué "Espace Détente" qui reprenait les personnages de la série, pour un résultat plus que mitigé et plutôt plat. 4 ans plus tard, c'est avec surprise mais sans grande impatience que l'on voit débarquer sur les écrans de cinéma "Le Séminaire", suite des aventures de nos employés accrocs à la caféine. Première…

En quelques mots...

Tilman Villette

Le Séminaire

Critique de l'auteur: La suite ratée de la déjà très médiocre adaptation ciné de la célèbre capsule "Caméra Café". Un gâchis de talents poussif!

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Tilman Villette

Tilman Villette est gestionnaire de dossiers auprès du Fonds du Logement de la Région Bruxelles Capitale. Après sa licence en communication, option journalisme obtenue à l’UCLouvain durant laquelle il a réalisé ses stages au magazine "Télémoustique" et à la RTBF Radio, il a également été enseignant pendant une année.
x

Regardez aussi

Max La Menace

Reprenant avec gourmandise le côté décalé et gaffeur du personnage originel, Max La Menace, le film n’a d’autre ambition que la grosse comédie décomplexée. Dans de nombreux cas, l’abattage des acteurs principaux, se faisant semble-t-il véritablement plaisir, sauve les meubles.

Misfits

Misfits, ce sont 5 délinquants dans un programme de réinsertion qui se retrouvent dotés de super pouvoirs après un étrange et violent orage. Pour ces 5 bras cassés, il va falloir gérer au mieux ces nouveaux dons, avec toutes les difficultés et tous les pièges qui vont forcément avec.