Rome

romeimge

Rome relate les événements ayant entraîné la chute de la République Romaine et la naissance de l’Empire Romain.

Acclamée par les critiques, la série a décroché deux Golden Globe, celui de la meilleure série dramatique et celui de la meilleure actrice dans une série dramatique qui a été remis à Polly Walker, qui incarne le personnage d’Atia, nièce de César.

La série est un drame historique dépeignant la période de l’histoire entourant la transformation violente de la République Romaine en Empire Romain; un changement conduit par la lutte de classes entre patriciens et plébéiens, l’affaiblissement des établissements politiques.

Cette série nous raconte la véritable histoire de Jules César, général, homme politique et écrivain romain, né à Rome le 13 juillet 101 ou 100 avant JC et mort le 15 mars 44 avant JC.

Il est assassiné par une conspiration de sénateurs dans le théâtre de Pompée où se rassemblait le Sénat. Le coup fatal vient de son fils adoptif, Brutus. Les derniers mots de César sont pour ce dernier: “Tu quoque, fili mi” soit “Toi aussi, mon fils” en latin. Il fut nommé dictateur à vie, déifié et sa mort marque la fin de la République Romaine, qui, sous le principat de son successeur Auguste, vainqueur de Marc-Antoine dans la deuxième guerre civile, laisse place à l’Empire Romain.

Tout en nous montrant la vie de la riche et puissante noblesse romaine, on découvre à la fois la vie, la famille, les fortunes et infortunes de deux soldats romains: Lucius Vorenus et Titus Pullo, les deux seuls “soldats réguliers” qui ont été mentionnés dans le Commentarii de Bello Gallico de César.

52 avant JC. Après huit années de guerre, Jules César qui vient de conquérir la Gaule et la Germanie, prépare son retour à Rome. La situation est très tendue dans la capitale de l’Empire où le Sénat craint son retour.

La Rome d’aujourd’hui a en effet basculé dans la facilité et les plaisirs oubliant rapidement les valeurs de la république. Ordre et fidélité ont fait place à la corruption et aux excès. Le pouvoir militaire a pris le dessus sur le système politique.

Très vite, la rivalité avec Pompée le Grand, autre grand soldat et héros national, tourne à la guerre ouverte. C’est dans ce contexte que deux soldats de César, Titus Pullo et Lucius Vorenus, vont être envoyés en Gaule pour retrouver l’étendard volé de la légion, symbole de l’unité des troupes.

La série

Co-production exceptionnelle de HBO et de la BBC, la série événement Rome est un drame intime fait d’amour, de trahisons, de maîtres et d’esclaves, de maris et d’épouses, contant la période très particulière de la Rome Antique qui a vu la chute d’une République et la création d’un Empire.

Période d’extravagances et de décadence durant laquelle corruption et excès en tous genres étaient monnaie courante. Cet extraordinaire péplum croise les destins de Titus et Lucius à ceux de César, Marc Antoine, Cléopâtre…

La série était initialement prévue pour une saison de 12 épisodes (avec un budget colossal de 100 millions de dollars pour la saison, soit, à titre de comparaison, le même budget qu’un film comme Gladiator). Jamais la BBC n’avait encore consacré une telle somme en co-production pour une série américaine. Rome a été entièrement tournée dans les studios mythiques de Cinecitta en Italie.

Une seconde saison fut tournée (voir ci-après), grâce à ses bonnes audiences (3,8 millions de téléspectateurs pour le premier épisode) et d’exceptionnelles critiques. De plus, Bruno Heller, un des créateurs de la série aurait déclaré dans un entretient qu’il préférait la deuxième saison car elle raconte la lutte de puissance entre Octave et Marc Antoine après l’assassinat de César.

Les trois premiers épisode de Rome ont été filmés en Italie par Michael Apted (Coal Miner’s Daughter, The World Is Not Enough). Ensuite se succéderont à la mise en scène les réalisateurs habituels des productions de HBO: Allen Coulter (The Soprano’s), Julian Farino (Entourage), Jeremy Podeswa (Carnivale, Six Feet Under), Alan Poul (producteur exécutif de Six Feet Under), Mikael Salomon (Band Of Brothers), Steve Shill (The Wire), Alan Taylor (Deadwood) et Timothy Van Patten (Sex & The City, The Soprano’s).

Parmi les scénaristes, outre les initiateurs du concept – John Milius, Bruno Heller et William J. Macdonald – on retrouvera Alexandra Cunningham (Desperate Housewives), David Frankel (Sex & The City) et Adrian Hodges.

La première saison dévale allègrement l’échelle du temps, puisque le premier épisode, The Stolen Eagle, se passe en 52, que le second épisode An Owl In A Thornbush s’achève sur le franchissement du Rubicon (nuit du 11-12 janvier 49, selon le calendrier préjulien), le septième, Pharsalus, aboutit à la fameuse bataille du 9 août 48, le huitième, Caesarion, voit naître un fils à César et Cléopâtre, le 29 août 47, et que dans Utique assiégée, Caton le Jeune se donne la mort dans la nuit du 12-13 avril 46 (neuvième épisode, Utica).

A ce rythme-là le douzième et dernier épisode de la première saison, Kalends Of February, verra s’achever le destin de César sous le poignard de ses assassins, le 15 mars 44 – les Ides de mars. Qu’en sera-t-il de la saison deux? La deuxième guerre civile mettant aux prises Octave et Antoine avec les anciens partisans de Pompée, puis la troisième opposant Octave et Antoine entre eux…

Personnages

Ils sont vraiment nombreux dans cette série. On suit plusieurs clans:

Celui de Jules César tout d’abord: César est interprété par Ciàran Hinds que l’on a pu voir dans Les Sentiers De La Perdition. Du côté des soldats, il y a Marc-Antoine, son bras droit, incarné par James Purefoy.

Mais également Lucius Vorenus, un centurion courageux, loyal et fidèle, joué par Kevin Mc Kidd, qui est également à l’affiche de Kingdom Of Heaven. Le dernier soldats que l’on suit est Titus Pullo, râleur, ivrogne, jouisseur mais ami au grand coeur, il s’attire toujours toutes sortes d’ennuis. Il est interprété par Ray Stevenson qui a joué dans un autre Peplum: Le Roi Arthur dans lequel il incarne Dagonet. Ces deux là forment un duo de choc!

Du côté de la noblesse, il y a tout d’abord Atia la nièce de Jules César, incarnée par la parfaite Polly Walker qui tient son rôle à merveille. Elle a d’ailleurs décroché un Golden Globes pour son interprétation. Atia a deux enfants Octavia (Kerry Condon) et le jeune mais déjà très intelligent Octave (Max Pirkis qui a joué dans Master & Commander).

Il y a également Pompée Magnus joué par Kenneth Cranham; ou encore Servilia, maîtresse de César (Lindsay Duncan) et mère de Brutus (Tobias Menzies). Et l’actrice indienne Indira Varma, qui joue Niobé, l’épouse infidèle de Lucius Vorenus.

La plupart de ces personnages ont réellement existé! D’ailleurs un excellent site consacré aux Peplums l’explique très bien. Je vous le conseille d’ailleurs. Il s’agit de www.peplums.info.

S’il n’est pas nécessaire de rappeler ici qui étaient Jules César, Pompée le Grand, Marc Antoine, le futur triumvir qui se couvrit de gloire à Alésia comme préfet de cavalerie de César, et Gaius Octavianus, le futur Octave-Auguste, pointons quand même Porcius Cato et Tullius Cicero.

Porcius Cato – mieux connu comme “Caton le Jeune” ou “Caton d’Utique” – était le petit-neveu du fameux Caton l’Ancien ou “Caton le Censeur”, l’un et l’autre parangons de la frugalité et des anciennes vertus romaines. Dédaignant le cheval, Caton l’Ancien allait à la guerre nu-pied. Il peinait aux champs avec ses esclaves et partageait leur ordinaire. Et dans son traité d’agriculture, De Re Rustica, le vieil avare expliquait comment agir avec eux: un esclave devait ou travailler ou dormir, mais certes pas rester à ne rien faire ou, pire, à penser!

Il en resta des séquelles au jeune Caton, qui par tous les temps se présentait au Sénat nu sous sa toge. Sous les tria nomina de Tullius Cicero on aura, bien sûr, reconnu notre fameux orateur Cicéron qui au Sénat était le chef des modérés, opposé à la politique impérialiste de César en Gaule.

Parmi les autres protagonistes, on en trouvera de moins connus du grand public mais tout aussi historiques comme Atia, la nièce de César et mère d’Octave, dont la série livre une image assez licencieuse. Comploteuse, elle fait assassiner par son amant Timon l’insignifiant mari de sa fille Octavie, afin de lui trouver un meilleur parti (plus tard, en – 40, son frère Octave la donnera en mariage à son associé Marc Antoine). Pauvre Octavie!

Il y a aussi Servilia, une des maîtresses de César, soeur de Caton d’Utique, épouse de Junius Brutus et mère de Junius Brutus junior. Celui-ci descendait de Junius Brutus, le premier consul de Rome, devenue une république après qu’il en eut chassé le roi Tarquin le Superbe. Sa filiation ultra-républicaine le hanta au point de se joindre aux assassins de César, qui était peut-être son père naturel.

Quant aux deux principaux protagonistes de la série, Lucius Vorenus et Titus Pullo, ils n’ont pas tout-à-fait été inventés. César les mentionne dans son récit de la Guerre des Gaules comme deux centurions rivaux en bravoure qui, en – 54, se distinguèrent spécialement sous des ordres de son légat Quintus Cicero (le frère de l’orateur) lors du siège de son camp sur la Sambre par les Nerviens, Eburons et Atuatuques coalisés.

Générique

On se trouve dans les rues de Rome. Sur les murs, les dessins, les fresques et les “tags” de l’époque s’animent. Dessins de combats, de sexe, d’animaux avec une grande force symbolique: le serpent devant la maison d’Atia. La chimère ou les oies (à Rome). Des mots sont gravés dans la pierre. La musique est très rythmée on entend des tambourins. Musique un peu orientale. “ROME” se grave sur un fond rouge.

La saison 2

Elle explore la deuxième guerre civile mettant aux prises Octave et Antoine avec les anciens partisans de Pompée, puis la troisième opposant Octave et Antoine entre eux… On y voit Octave devenir également un tyran et tenir tête à l’amant de sa mère Antoine.

On a gardé la même ambiance que dans la première saison, autant de violence, et de sexe. L’attachement aux personnages est encore bien plus fort que dans la première saison. Attia est définitivement mon personnage préféré.

HBO, dépassée par les coûts de production et une audience qui ne suit pas, décidera de mettre un terme à la série et ne la reconduira pas pour une troisième saison. Décision prise durant le tournage de cette saison 2, ce qui permettra d’avoir un fin (plus ou moins) satisfaisante.

Sexe, Violence et Trahisons

Dans la veine des séries HBO, Rome n’est pas un feuilleton qui édulcore ou simplifie les faits. Vous le verrez rapidement, la série se veut réaliste et très fidèle à l’Histoire. Certes, les personnages principaux, Lucius Vorenus et Titus Pullo, sont “fictifs” mais ils sont véritablement au coeur des événements et permettent de lier les destins des différents hommes qui ont fait l’Histoire. Ils nous permettent aussi, et surtout, de suivre le quotidien des romains, qui est véritablement passionnant.

En effet, la série, bien qu’évoquant parfaitement les événements politiques survenus du temps de la bataille que se menaient Jules César et Pompée Magnus, est jubilatoire lorsqu’elle met en scène le quotidien des romains, sans pudeur et parfois avec cruauté. Des scènes de sexe, sans voile, aux spectacles publics pour le moins coquins en passant par des opérations chirurgicales pratiquées sans anesthésie devant une foule ébahie, rien ne nous est épargné!

Un spectacle grandiose et convaincant, d’autant plus que la série a eu des moyens énormes, permettant aux producteurs de créer des décors somptueux. Nous ne manquerons pas non plus de signaler les excellentes performances des acteurs, notamment Polly Walker en manipulatrice sans scrupules et en mère tyran du futur empereur Octave!

Il y a de nombreuses scènes de violence, d’entrée de jeu dans le premier épisode. On voit un combat, ensuite un homme fouetté publiquement, qui n’est autre que Titus Pullo, un des acteurs principaux. On voit Vercingétorix aux pieds de César, on se situe tout de suite temporellement dans l’Histoire.

On nous sert une trépanation, en direct, aux premières loges. On marque les esclaves au fer rouge! Il faut avoir le coeur bien accroché pour suivre la série. Il y a un rapport fort à la notion de l’honneur.

Les décors et les costumes sont superbes. Même si parfois on a une impression de décors en carton-pâte.

Les scènes de sexe et de nus sont assez rares dans les séries US. Ici parfois, on en voit plus que dans certains films dit “érotiques”.

L’ambiance générale de la série est une ambiance de calculs, d’arrangements politiques, de mariages de raison. Tromperies, trahisons, complots, corruptions, manipulations politiques. Il y a énormément de rapport au sexe. Il y a une grande différence d’ambiance entre la plèbe et la noblesse. Il y a de nombreuses oppositions dans la série. Notamment des évolutions différentes.

Une série à voir donc, même si l’on est pas forcément passionné d’histoire ou amateur de peplums.

Rome relate les événements ayant entraîné la chute de la République Romaine et la naissance de l'Empire Romain. Acclamée par les critiques, la série a décroché deux Golden Globe, celui de la meilleure série dramatique et celui de la meilleure actrice dans une série dramatique qui a été remis à Polly Walker, qui incarne le personnage d'Atia, nièce de César. La série est un drame historique dépeignant la période de l'histoire entourant la transformation violente de la République Romaine en Empire Romain; un changement conduit par la lutte de classes entre patriciens et plébéiens, l'affaiblissement des établissements…

En quelques mots...

Lise-Marie Cassart
Alexandre Marlier
Sarah Sepulchre

Rome

Critique de l'auteur: Le renouveau du Peplum, loin du kitsch d'antant. Une série passionnante

Note des auditeurs/lecteurs 4.5 ( 1 votes)

À propos de Lise-Marie Cassart

Lise-Marie est journaliste. Elle travaille pour la presse écrite, et plus précisément pour le magazine féminin « Flair ». Lise-Marie a rejoint l’équipe en septembre 2004. Elle a, notamment, décortiqué durant 3 saisons les génériques de séries, tant niveau musical qu’au point de vue des images. Lise-Marie a quitté l'équipe d'AFDS en juin 2008.
x

Regardez aussi

Demoiselle D’Avignon (la)

Koba est une vraie princesse, la petite fille de Kurlande. Chaque année, elle vient incognito avec des étudiants faire un pèlerinage à Avignon où naquit la reine Adélaïde de Kurlande. Elle rencontre François Fonsalette, un jeune diplomate. Ils tombent amoureux, mais Koba doit regagner son pays.

Ghost Whisperer

On a droit ici à un générique complètement surréaliste, des images qui ne sont pas sans rappeler certains tableaux de Magritte. Graphiquement, ça donne quelque chose de très joli. On est dans le monde du rêve. Le seul point qui relie ce monde au nôtre c’est la présence de Melinda.