Accueil > Les Chroniques > Séries Cinéma > The Green Hornet

The Green Hornet

 

Culte aux Etats-Unis dans les années ’60, la série “The Green Hornet”, “Le Frelon Vert” en français, n’a jamais obtenu la même aura en Europe lors de sa diffusion 20 ans plus tard sur les écrans français.

La série marquait également le premier rôle américain de Bruce Lee et narrait les aventures de Britt Reid, rédacteur en chef du Daily Sentinel, et Frelon Vert la nuit, vengeur masqué combattant le crime, aidé par son fidèle valet Kato, chauffeur de la Beauté Noire, voiture truffée d’armes et de gadgets.

La vague des adaptations d’histoires de super-héros faisant rage depuis plusieurs années, il ne fut pas étonnant d’apprendre un projet d’adaptation cinématographique de cette oeuvre pourtant très référencée.

Plus surprenant fut l’annonce de son réalisateur: Michael Gondry. Le metteur en scène français, plutôt connu pour les clips barrés de Björk ou des White Stripes et ses films bricolés et poétiques, recevait donc pour la première fois les rennes d’un blockbuster de commande nanti d’un budget confortable de 120 millions de dollars.

On pouvait donc légitimement espérer un dynamitage scénaristique et visuel en règle de ces super gugusses en collant et c’est bien trois fois hélas que l’on se retrouve pourtant dans le canevas et la mise en image très convenus ce type de film.

A savoir: le type complètement lambda, tendance gros jet-setter égoïste et immature, qui se retrouve suite à la mort du paternel, à la tête d’une empire éditorial et qui, pour passer le temps et se sentir utile, décide de devenir un justicier afin de combattre la pègre qui sévit en ville.

Enfin pas tout à fait, car notre bougre lourdaud n’est même pas fichu de savoir se battre correctement. Pour l’aider, son valet, mécanicien et chauffeur, Kato, se révélera primordial puisque c’est ce dernier qui fera en quelque sorte tout le boulot.

Génie de la mécanique, des arts martiaux et courageux, Kato fera tout son possible pour aider son boss, devenu ami, dans sa tâche de redresseur de torts.

Rien de bien neuf sous le soleil se dira-t-on même si “The Green Hornet” se révèle un honnête divertissement.

Un peu longuet dans sa phase d’exposition et pas toujours du meilleur goût dans ses gags, le film repose presque essentiellement sur l’alchimie de ses deux héros, interprétés avec entrain par Seth Rogen et Jay Chou.

Si le reste du casting est plutôt prestigieux, force est de constater qu’il n’a pas bénéficié de la même attention dans l’écriture que le duo vedette: Chistoph Waltz, en chef mafieux nous ressort son numéro suavement sadique d'”Inglorious Basterds”, tandis que Cameron Diaz se contente de jouer les potiches de luxe.

Une machine gentiment ronronnante qui s’emballera toutefois dans un dernier tiers particulièrement bien torché où l’action et l’humour parvienne enfin à trouver un parfait équilibre et sortent le spectateur de la douce léthargie dans laquelle il était plongé jusque là.

Une peu tard dirons les esprits chagrins, mais qui laisse augurer un peu d’espoir dans le cas où une éventuelle suite viendrait poindre le bout de son nez.

  Culte aux Etats-Unis dans les années '60, la série "The Green Hornet", "Le Frelon Vert" en français, n'a jamais obtenu la même aura en Europe lors de sa diffusion 20 ans plus tard sur les écrans français. La série marquait également le premier rôle américain de Bruce Lee et narrait les aventures de Britt Reid, rédacteur en chef du Daily Sentinel, et Frelon Vert la nuit, vengeur masqué combattant le crime, aidé par son fidèle valet Kato, chauffeur de la Beauté Noire, voiture truffée d'armes et de gadgets. La vague des adaptations d'histoires de super-héros faisant…

En quelques mots...

Tilman Villette

The Green Hornet

Critique de l'auteur: Un peu décevant pour un film de Michel Gondry, même s'il s'agit d'une oeuvre de commande... Un film de super-héros classique qui s'anime un peu dans son dernier tiers.

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Tilman Villette

Tilman Villette est gestionnaire de dossiers auprès du Fonds du Logement de la Région Bruxelles Capitale. Après sa licence en communication, option journalisme obtenue à l’UCLouvain durant laquelle il a réalisé ses stages au magazine "Télémoustique" et à la RTBF Radio, il a également été enseignant pendant une année.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Regardez aussi

Misfits

Misfits, ce sont 5 délinquants dans un programme de réinsertion qui se retrouvent dotés de super pouvoirs après un étrange et violent orage. Pour ces 5 bras cassés, il va falloir gérer au mieux ces nouveaux dons, avec toutes les difficultés et tous les pièges qui vont forcément avec.

Mozart In The Jungle

Mozart In The Jungle, c'est surtout la confrontation du classique et de la nouveauté: entre les méthodes peu orthodoxes de Rodrigo, qui vont réveiller l'orchestre, et les foudres de sa direction et des financiers... C'est aussi la descente aux enfers d'un chef vieillissant au terme de sa carrière...