Action

Diffusée à partir de septembre 1999, Action n’a malheureusement pas su trouver son public. Et pourtant, comme de nombreuses séries éphémères, elle avait bien des qualités. Parodie de la vie des studios de cinéma américain et plus particulièrement des majors, Action ne se prive pas d’égratigner les producteurs de films à gros budgets.

Les 13 savoureux épisodes de la série ont été diffusés durant l’été 2000 par Canal + Belgique en clair et, comble de bonheur en V.O. sous titrée, ce qui permet d’apprécier à sa juste valeur les remarques cinglantes de Peter Dragon, son héros.

Peter Dragon, interprété par Jay Mohr, que l’on a pu voir dans le Saturday night live, et dans les films Jerry Maguire, Small Soldiers ainsi que dans Speaking Of Sex aux côtés de Lara Flynn Boyle, Catherine O’Hara et Bill Murray. Peter Dragon, donc est le PDG d’une maison de productions spécialisée dans les films d’action et d’arts martiaux.

Action commence par la première hollywoodienne du nouveaux film de la Dragonfire Film: Slow Torture. Celui-ci fait un flop total et est détruit par la critique. Mauvais coup pour Dragon qui va devoir convaincre ses principaux bailleurs de fonds, et notamment Bobby G, vieil homo qui a épousé l’ex-femme de Peter pour sauver les apparences, de lui laisser une deuxième chance en lui permettant de tourner “Beverly Hills Gun Club”, qu’il espère être un succès.

Beverly Hills Gun Club, qui soit dit en passant est une histoire écrite par Adam Rafkin, jeune scénariste de sitcom que Peter déteste. Pour l’aider, il nomme Wendy Ward comme vice-présidente de sa société, une ex-enfant star, reconvertie dans la prostitution de luxe, et que la limousine de Dragon a renversé lors de la première de Slow Torture. Une embauche (débauche?) qui ne va bien évidemment pas plaire à Stuart Glazer, l’assistant de Peter, lui aussi homosexuel, et principal souffre douleur de Peter.

Le film va finalement se faire, après que Dragon ait dû s’allier avec un proxénète et le fils à papa d’un riche baron du pétrole. Quand à Adam, le scénariste, il passe par de longs stades d’angoisse de la page blanche, que Wendy n’aura aucun mal à faire passer en lui promettant des relations sexuelles dans des positions extrêmes.

Les problèmes ne vont pourtant pas s’arrêter là pour Peter puisqu’il va devoir faire avec un acteur principal complètement accroc aux médicament et à la coke, à un réalisateur ivre dès 9 heures du matin et légèrement pédophile sur les bords.

Le pire sera cependant de faire perdre à son actrice principale les 35 kilos qu’elle a pris depuis son dernier film, et ce, de manière pas très légale et par une opération des plus douloureuse pour la malheureuse.

Bref, Action est une satyre des plus réussies du milieu de la production cinématographique hollywoodienne qui n’a pas peur de montrer le mauvais côté de la chose… En regardant la série, on ne peut cependant faire disparaître le malaise de la phrase “C’est tellement vrai!”. Et c’est là toute la réussite du show: être si proche de la réalité, en étant drôle, mais sans tomber dans l’absurde.

De nombreux éléments viennent conforter cette impression de véracité. Déjà les décors qui n’en sont pas puisque la série est tournée dans les vrais studios Columbia Tristar. Ensuite, la présence de guest stars prestigieuses qui ne se prennent définitivement pas au sérieux : Keanu Reeves qui se fait faire une petite gâterie en plein cinéma par Wendi, Sandra Bullock qui se plaint que le film de ses ébats amoureux avec Peter soit commercialisé sur internet par ce même Peter, Scott Wolff (de La Vie à Cinq) qui veut obtenir le premier rôle dans Beverly Hills Gun Club, mais que Peter traite de nain et d’adolescent pré-pubère…

Bref, une série trop courte, puisque Fox, la chaîne commanditaire n’en a diffusé que 8 épisodes sur les 13 tournés tout simplement par manque d’audience. Il est vrai que malgré toutes ses qualités, il est très dur de s’identifier au personnage principal, un Jay Mohr odieux au possible, qui plus est producteur de cinéma… De plus, il me semble qu’il faut avoir déjà une connaissance du milieu pour pouvoir apprécier l’humour et la causticité de la série à sa juste valeur. Et puis, si vous avez loupé le premier épisode, difficile de rentrer dans la série qui est construite sur le modèle du feuilleton.

Un show qu’il faut cependant avoir vu pour des scènes d’anthologie comme l’annonce par Call Ricardi, un mélange de Bruce Willis et de Jean Claude Van Damme et premier rôle de Slow torture, de son homosexualité dans un magazine de type “Exclusif Ce Soir”, ou bien encore la séquence ou l’on retrouve un scénariste de chez Disney habillé en femme et en latex, en pleine séance de nettoyage du sol de l’appartement de Wendi.

Le plaisir aussi de retrouver l’acteur Buddy Hackett dans le rôle de l’oncle Lonnie, chauffeur et garde du corps de 70 ans de Peter. Son nom ne vous dit rien, mais si je vous dit qu’il a été le mécanicien de choupette dans “Un Amour de Coccinelle”, vous devriez voir de qui je veux parler!

Si vous l’avez loupée, l’intégrale de la série est disponible en DVD. Un coffret indispensable pour tout fan de séries et de cinéma!

À propos de Tilman Villette

Tilman Villette est gestionnaire de dossiers auprès du Fonds du Logement de la Région Bruxelles Capitale. Après sa licence en communication, option journalisme obtenue à l’UCLouvain durant laquelle il a réalisé ses stages au magazine "Télémoustique" et à la RTBF Radio, il a également été enseignant pendant une année.
x

Regardez aussi

Max La Menace

Reprenant avec gourmandise le côté décalé et gaffeur du personnage originel, Max La Menace, le film n’a d’autre ambition que la grosse comédie décomplexée. Dans de nombreux cas, l’abattage des acteurs principaux, se faisant semble-t-il véritablement plaisir, sauve les meubles.

Misfits

Misfits, ce sont 5 délinquants dans un programme de réinsertion qui se retrouvent dotés de super pouvoirs après un étrange et violent orage. Pour ces 5 bras cassés, il va falloir gérer au mieux ces nouveaux dons, avec toutes les difficultés et tous les pièges qui vont forcément avec.