Dead Set

deadsetimage

Imaginez-vous: vous êtes l’un des candidats d’une télé-réalité d’enfermement de type “Secret Story” (oui, je sais, il faut beaucoup d’imagination).

Alors que l’une de vos colocataires a été éliminée la veille, vous vous réveillez sans qu’aucune caméra ne bouge, la voix ne vous appelle pas au confessionnal pour baver sur les autres concurrents et vous n’êtes même pas rappelé à l’ordre malgré le fait que vous ne portiez pas votre micro depuis plus d’une demi-heure…

Bref, Big Brother semble ne plus vous regarder… Peut-être imaginerez-vous une panne électrique, une mission de la production, ou même le déclenchement d’une guerre nucléaire (pour les plus alarmistes).

Tout à coup, une jeune fille débarque dans la maison, elle tient une paire de ciseaux gigantesque et ensanglantée dans ses mains… Ouf, la production vous fait une farce et a fait rentrer une nouvelle candidate dans le jeu… Sauf que quelques minutes plus tard, c’est un mort vivant qui fait son apparition dans la maison, mort vivant qui se délecte de la jambe de votre coloc’ et qui se fait littéralement éclater la tronche avec un extincteur par la nouvelle venue…

Bref, voici à peu de choses près comment débute Dead Set, une mini-série britannique d’un pilote de 45 minutes suivi par 4 épisodes de 25 minutes chacun. La série a été diffusée par la chaîne privée E4 durant la période d’Halloween 2008. En France, c’est la chaîne Ciné Cinéma Frisson qui a diffusé Dead Set.

Largement acclamée par la critique, et nommée pour le prix de la meilleure drama lors des BAFTA Awards (les Emmy britanniques), la série a été créée par Charlie Brooker, journaliste et scénariste à l’humour corrosif.

Dead Set:

une critique au vitriol des productions Endemol?

La première question qui vient à l’esprit c’est: “quelle a été la réaction d’Endemol, producteur de Big Brother, à la vision de cette série?”. Et bien une réaction plutôt bonne puisque c’est Endemol elle-même qui a produit Dead Set, par l’intermédiaire d’une de ses filiales: Zeppotron, spécialisée dans les séries d’humour corrosif.

Alors, même si Dead Set peut être regardée au 48ème degré, ne fut-ce que pour la critique de la bêtise des candidats de télé-réalité, elle reste tout de même un drama horrifique, genre qui n’est pas vraiment la spécialité de cette boîte de production.

Il faut savoir tout de même que Dead Set a été diffusée sur E4 qui a été le diffuseur de Big Brother durant 10 saisons en Grande-Bretagne, en complément de sa grande soeur, Channel 4.

Ces deux éléments combinés permettent à la mini-série d’utiliser la marque Big Brother et un logo proche de l’émission. Mais aussi la présence à l’écran de Davina McCall, la présentatrice titulaire de l’émission durant ses 10 ans sur Channel 4. Davina qui n’a certainement pas peur de casser son image vu certaines scènes qu’elle interprète dans la série, mais nous y reviendrons un peu plus tard.

Enfin, la production bénéficie également de la facilité de tourner des scènes en public lors des directs de Big Brother 9, ce qui permet évidemment une plus grande crédibilité. La scène de l’éviction du personnage de Pippa est ainsi tournée lors de la sortie d’un “vrai” candidat de Big Brother, et le personnage est accueilli par une foule monstre et en délire qui rappelle les grands soirs d’éliminations de Secret Story…

Bref, toute une série d’éléments qui permettent à Dead Set d’être crédible dès le début et d’emmener le téléspectateur dans sa courte mais palpitante histoire.

L’histoire

Le scénario est archi-simple mais très efficace, logique me direz-vous lorsque l’on concentre l’histoire sur 5 épisodes.

Nous sommes donc un soir d’élimination dans les studios de Big Brother. La tension est palpable chez les candidats de l’émission, et renforce les inimitiés créées depuis le début du jeu.

Mais la tension est également présente en coulisse. Patrick, le producteur râleur, beauf dans tout ce que le terme peut évoquer, est en rage. L’une de ses assistantes, partie chercher la mère d’une des candidates est dans la nature depuis plus de 3 heures. En plus de cela, des émeutes ont éclatés dans plusieurs villes britanniques, obligeant les forces de police et les forces armées à répliquer. Au vu de la situation, Big Brother pourrait bien passer à la trappe ce soir et être remplacé par une émission d’information. Et en plus de cela, il n’a plus de patch à la nicotine pour se calmer…

Kelly, son assistante, est envoyée chercher des patchs à la pharmacie du coin… Mais avant, il lui faut appeler Riq, son petit ami depuis 4 ans, qu’elle a trompé la veille avec un co-scénariste de l’émission. Riq, quant a lui, tente de joindre Kelly depuis des heures et vient de se faire voler son van par une famille armée transportant une petite fille ensanglantée. Bref, c’est le stress pour la plupart des protagonistes, dont Davina, la présentatrice de Big Brother, qui a entendu via son oreillette que son émission pourrait être supprimée ce soir.

Dans la maison, les candidats sont prêts pour l’annonce de l’élimination. Font encore partie du jeu: Marky, le beau brun musclé pas très futé; Veronica, la grande blonde sexy à forte poitrine qui n’a pas inventé l’eau chaude; Grayson, l’homo de service, fan de travestissement et infirmier de son état; Joplin, le gars de 40 ans à l’hygiène douteuse, désabusé et adepte des complots, venus dans le jeu pour le torpiller de l’intérieur, comme il aime à le répéter; Angel, la black un peu forte et plutôt vulgaire dans sa manière de s’exprimer; Space, le jeune des cités plus malin qu’il ne veut le faire croire et enfin Pippa, la rouquine pas très maligne…

La tension est à son comble et c’est Pippa qui est éliminée. Elle quitte le jeu et rejoint Davina entourée d’une foule en délire venue l’acclamer. Durant son interview en studio, la voiture de l’assistante et de la mère de Pippa arrive enfin, mais elles ne sont plus vraiment elles-mêmes. Elles contaminent l’assistance et le show s’interrompt.

Quelques personnes parviennent à se sauver: Kelly qui s’enferme dans une salle de production. Patrick le producteur et Pippa dans une salle de réception. Davina quant à elle ne s’en sortira pas et passera de longues heures à tenter de rentrer dans cette salle afin de déguster Patrick et Pippa.

Du côté des candidats, dans la maison, on ne se rends compte de rien et c’est la fête. Le réveil sera difficile lorsque Kelly finira par les rejoindre et leur expliquer ce qui se passe. Et justement, après de longues minutes d’incompréhension, les locataires vont finir par la croire et observer les morts vivants de la terrasse de la maison…

Une dégénérescence due au wifi, un complot gouvernemental autour des OGM qui auraient transformé les humains en zombie, voila la réflexion des candidats de Big Brother, mais surtout, le grand drame pour eux, ou en tous cas l’une d’entre-eux: “on ne passe plus à la télé”… Et là tout est dit ou presque.

Ironie du sort, lorsque Riq, qui lui est à l’extérieur et tente de rejoindre par tous les moyens sa petite amie, tombe sur un téléviseur en état de marche, la seule chaîne qui diffuse encore est la chaîne 24 heures sur 24 de Big Brother, qui fonctionne en automatique sur un seul et perpétuel plan fixe du hall de la maison…

Je n’en dis pas plus sur l’histoire en elle même, je m’en voudrais de déflorer le suspens qui suit: Angel deviendra-t-elle une morte vivante, les habitants de la maison s’en sortiront-ils? Et si oui comment. Pippa et Patrick réussiront-ils à concilier leurs tempéraments afin de s’en sortir vivants? Et Riq parviendra-t-il a retrouver sa bien aimée enfermée avec les candidats de l’émissions? Enfin, l’avenir de l’humanité repose-t-il sur les participants d’une télé-réalité? Je vous laisse le découvrir par vous même.

Le casting

J’aimerais à présent évoquer les acteurs qui jalonnent cette production. Il faut savoir que les scénaristes ne sont pas partis de rien pour créer les différents personnages car, de leurs propres avis, ils sont tous un peu ou en partie inspirés par d’anciens participants de Big Brother. Quoi qu’il en soit, aucun des acteurs présent n’est réellement connu en dehors des frontières britanniques, excepté peut-être Davina McCall.

Personnellement, lorsque j’ai vu la série, sa tête me disait quelque chose. Puis, mon franc est tombé! Davina est une ancienne VJ de la chaîne MTV lorsque celle-ci diffusait autre chose que Jersey Shore et les shows de ce genre en boucle.

Et pour les gens de ma génération qui ont suivi la chaîne musicale, Davina est un peu une Madeleine de Proust. Elle avait notamment co-présenté la mythique “Most Wanted” en compagnie de Ray Cokes! Depuis, elle a présenté de nombreuses émissions de divertissement et talk shows sur plusieurs chaînes britanniques. Elle a également été à la tête des 10 saisons de Big Brother sur Channel 4 avant que l’émission ne soit rachetée par une autre chaîne.

Le reste du casting est quant à lui plutôt éclectique. Jugez plutôt:
Kelly est interprétée par Jaime Winstone. Elle est une actrice de cinéma, de théâtre et, un peu de télévision. On a notamment pu la voir dans un épisode de la série Hercule Poirot. Elle a également été mannequin.

Riq est joué par Riz Ahmed, qui est principalement un musicien assez connu dans sa branche en Grande-Bretagne, mais il est également acteur et on a pu le voir dans les films The Road To Guantanamo ou We Are Four Lions.

Space est interprété par Adam Deacon, qui combine puisqu’il est acteur, écrivain, rappeur, et réalisateur. Il semble être apprécié puisqu’un magazine britannique l’a consacré “Nouvelle coqueluche du cinéma britannique”.

Le détestable Patrick est joué par Andy Nyman. Il est surtout célèbre pour ses talents de magicien. Enfin, c’est Warren Brown qui interprète Marky. Il a tout d’abord été champion de boxe Thaï avant de raccrocher pour embrasser une carrière d’acteur. Il est surtout connu pour son rôle d’Andy dans le soap opéra sexy pour ados “Hollyoaks”.

Ce qu’on peut retenir de ce casting, c’est qu’il est en général assez réussi. Les acteurs sont assez justes dans leur rôle. Ils n’en font ni trop, ni trop peu, malgré le thème de la série. Et on finit par croire qu’il s’agit de vrais candidats de télé-réalité.

Le seul petit bémol que je mettrais, et il ne vient selon moi pas du jeu de l’acteur, c’est concernant le personnage de Patrick. Il a vraiment tous les défauts: grossiers, râleur, tyrannique, misogyne, bref, on aimerait l’avoir comme voisin… Ou pas.

Le souci, c’est que les scénaristes ne sont pas arrivés à le rendre humain, il est détestable en tous points et véritablement trop caricatural. Et on oubliera vite la scène où pris de coliques après avoir mangé des petits fours avariés, il est contraint de se soulager dans un seau à champagne devant les yeux médusés et dégoûtés de Pippa…

Le personnage de Riq est quant à lui un peu transparent. On le sent obnubilé par sa belle et dans une quête un peu vaine de la retrouver. Il vivra un dangereux road trip avec Alex, rencontrée avec son fusil dans une station service, pour tenter de rejoindre sa bien-aimée. L’intérêt de cette partie de la série est moindre mais permet des “respirations” dans l’histoire afin de ne pas être tout le temps cloîtré dans le huis-clos de la maison/studio Big Brother.

Produire Dead Set

Contrairement à ce qu’on pourrait penser et ce que disent certains sites web, la série n’a pas été tournée sur le plateau d’une ancienne version de Big Brother, mais bien dans un studio avec un décor reconstitué.

Seules les scènes de la sortie de Pippa en public ont été tournée à l’extérieur du plateau de Big Brother 9, en présence du public et de Davina McCall. Si vous voulez tout savoir, ce tournage a eu lieu lors de l’éviction d’une certaine Belinda! Ce qui a également pour effet d’avoir un anachronisme dans la série car on y voit furtivement le logo de Big Brother 9.

Le budget de la série était vraiment très léger. De ce fait, plusieurs figurants ont été réutilisés plusieurs fois dans des costumes différents à cause du prix élevé des lentilles de contacts des morts vivants.

Par ailleurs, de nombreux figurants étaient des bénévoles recrutés via les réseaux sociaux par le créateur Charlie Brooker. On notera que, également pour une question de budget, Alex et Riq ne devaient au départ pas tomber en panne, mais bien avoir un accident de voiture.

Enfin, un remake de Dead Set, intitulé “la dernière télé-réalité” a été produit en Suède en 2011 pour une diffusion début 2012.

Dead Set contient évidemment de multiples allusion à d’autres fictions tournant autour des zombies. Notamment et inévitablement aux Morts Vivants de George Romero. Ainsi, Marky se moque de Grayson en le surnommant Barbara, l’un des personnages principaux de la Nuit des Morts Vivants… Et ce n’est là qu’un échantillon de ce que les spécialistes du genre peuvent y trouver.

La critique

Ce que j’en ai pensé? Beaucoup de bien, cette série d’horreur sans prétention est plutôt bien ficelée et l’angle de départ autour de Big Brother est une assez bonne idée, d’autant que Dead Set se moque ouvertement de ce type d’émissions et de ses participants souvent pathétiques.

Les scènes gore sont nombreuses et absolument pas cheap. On se prend rapidement au jeu. Le personnage principal de Kelly est attachant dans son rôle de Xena des temps modernes. Elle ne semble avoir peur de rien et rien ne la dégoûte, même pas ramasser les restes du zombie qu’elle a éclaté dans le salon.

Quelques bémols cependant: la série fait beaucoup référence aux saisons 1 à 9 du Big Brother britannique. Emissions dont les protagonistes nous sont totalement étrangers. Et donc, impossible pour le téléspectateur lambda francophone de voir les correspondances entre les personnages et les participants à cette émission.

De même, de nombreux ex-locataire de la maison sont venus jouer les guests, mais ces clins d’yeux sont difficilement déchiffrables pour nous. Ceci même si les schémas narratifs de ce type d’émissions sont les mêmes d’un pays à un autre et que l’on pourrait trouver des ressemblance avec des participants de Loft/Secret Story.

Il est à noter également que la version française est particulièrement ratée. S’agissant d’une série diffusée sur une petite chaîne du câble, on peut supposer que le budget doublage n’était vraiment pas conséquent. On a parfois l’impression que les doubleurs découvrent leur texte au moment de l’interpréter. Et contrairement aux acteurs de la série, c’est généralement sur ou mal joué. Préférez donc la version originale sous-titrée si vous le pouvez.

Imaginez-vous: vous êtes l'un des candidats d'une télé-réalité d'enfermement de type "Secret Story" (oui, je sais, il faut beaucoup d'imagination). Alors que l'une de vos colocataires a été éliminée la veille, vous vous réveillez sans qu'aucune caméra ne bouge, la voix ne vous appelle pas au confessionnal pour baver sur les autres concurrents et vous n'êtes même pas rappelé à l'ordre malgré le fait que vous ne portiez pas votre micro depuis plus d'une demi-heure... Bref, Big Brother semble ne plus vous regarder... Peut-être imaginerez-vous une panne électrique, une mission de la production, ou même le déclenchement…

En quelques mots...

Alexandre Marlier
Sébastien Porcu
Tilman Villette

Dead Set

Critique de l'auteur: L'horreur en prime-time ou comment The Walking Dead rencontre Big Brother. Jouissif!

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Alexandre Marlier

Alexandre Marlier est journaliste et animateur radio. Il a notamment travaillé pour les réseaux belges « Nostalgie » et « Sud Radio ». Il travaille également en presse écrite. Il a ainsi écrit, entre autres, plusieurs articles pour le défunt « Génération Séries ». Il est également membre de l'A.C.S., l'Association des Critiques de Séries. Enfin, Alex est « Casting Voix » ou « Voix Off » pour des documentaires, films d’entreprises, ...
x

Regardez aussi

Séries Mania 2018: Episode 5

Séries Mania Lille Hauts-de-France se termine petit à petit. Les 9 jours hauts en couleurs et en fictions que le festival nous a fait vivre se referment progressivement. Mais les découvertes et les activités se poursuivent malgré tout jusqu'à ce samedi 5 mai 2018.

Séries Mania 2018: Episode 3

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas à Séries Mania 2018. Entre projections et rencontres, animations et compétition, le choix est vaste, tant pour les professionnels que pour le grand public. Côté projection, retour sur la britannique Kiss Me First et l'israélienne Autonomie.