Nip/Tuck

niptuckgeneimage

Le générique de Nip/Tuck commence par un gros plan sur une main de chirurgien, bien reconnaissable grâce au gant en latex blanc, en train de tracer des pointillés sur un corps. On comprend vite qu’il s’agit de la préparation d’une opération de chirurgie esthétique. On voit ensuite deux mannequins blancs. Les pointillés continuent à être tracés.

Le titre de la série apparaît avec un slash entre les deux mots. Les noms des acteurs apparaissent de la même manière. On voit en premier lieu les noms de Dylan Walsh et du beau Julian McMahon, les deux acteurs principaux qui jouent le rôle de Sean McNamara et Christian Troy. Leurs noms sont séparés par le même symbole.

D’autres noms de comédiens apparaissent par la suite mais un à un. On a voulu mettre ainsi les deux acteurs principaux sur un pied d’égalité au début du générique.

Les autres suivent mais un seul nom à la fois et dans ce cas le slash se situe entre le prénom et le nom de famille de l’acteur. On ne voit pas les acteurs, seuls leurs noms sont inscrits.

Par la suite, on voit de nouveau des mannequins, entassés dans des caisses cette fois. Cela donne l’impression que dans cette série les corps humains ne sont considérés que comme des numéros, sont banalisés.

L’avant dernier plan est celui d’un mannequin féminin avec en fond, la ville de Miami, où se déroule la série. Le dernier plan montre le cou d’un mannequin avec les pointillés rouges en travers de la gorge. Le générique se clôture par la mention “Created by Ryan Murphy”, de nouveau séparé au milieu par un slash.

Les couleurs dominantes de ce générique sont le rouge et le blanc. Le fond est généralement blanc. Tandis que les pointillés ainsi que les inscriptions (sur les cartons à côté des mannequins) et les noms des acteurs apparaissent en rouge.

Le générique débute par une musique hachée, sur le même rythme que le tracé des pointillés, elle s’adoucit lorsque les paroles commencent. Le thème a pour titre “A Perfect Lie” par The Engine Room, remixé par Gabriel & Dresden, deux DJ reconnus, Dresden est un vieil ami de Moby.

Les paroles se traduisent par “Rend moi belle… Donne moi… Une âme parfaite. Un esprit parfait. Un visage parfait. Un mensonge parfait”.

Le générique reflète vraiment bien l’ambiance et l’état d’esprit de la série. Elle présente une société qui prône le culte du corps et de la beauté et est réellement obsédée par l’esthétique. C’est un univers de fausse perfection.

Les personnages de cette série se racontent leur vie. Ils ne la regardent pas en face. Ils dissimulent la réalité derrière la chirurgie esthétique. Pour réaliser un mensonge parfait, comme le dit la chanson.

En surface, ils mènent une vie parfaite, mais quand on gratte un peu, on voit que pour eux tout n’est pas toujours rose. Ils vivent dans le mensonge.

Le générique est très épuré, éthéré. Il est très propre, comme l’univers dans lequel évoluent les personnages. Et en même temps, il est rempli de symboles et de significations par rapport à la série.

Graphiquement, il est très beau à regarder. L’idée de perfection est omniprésente. Ce générique est très court. Il colle parfaitement à la série. Les paroles de la chanson vont dans ce sens également et donnent vraiment le ton.

Le générique de Nip/Tuck commence par un gros plan sur une main de chirurgien, bien reconnaissable grâce au gant en latex blanc, en train de tracer des pointillés sur un corps. On comprend vite qu'il s'agit de la préparation d'une opération de chirurgie esthétique. On voit ensuite deux mannequins blancs. Les pointillés continuent à être tracés. Le titre de la série apparaît avec un slash entre les deux mots. Les noms des acteurs apparaissent de la même manière. On voit en premier lieu les noms de Dylan Walsh et du beau Julian McMahon, les deux acteurs principaux qui…

En quelques mots...

Lise-Marie Cassart
Alexandre Marlier
Nathanaël Picas
Sarah Sepulchre
Sophie Sourdiaucourt

Nip/Tuck

Critique de l'auteur: Un générique graphique qui colle bien à la série. Une jolie réussite

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

Laisser un commentaire

x

Regardez aussi

Demoiselle D’Avignon (la)

Koba est une vraie princesse, la petite fille de Kurlande. Chaque année, elle vient incognito avec des étudiants faire un pèlerinage à Avignon où naquit la reine Adélaïde de Kurlande. Elle rencontre François Fonsalette, un jeune diplomate. Ils tombent amoureux, mais Koba doit regagner son pays.

Ghost Whisperer

On a droit ici à un générique complètement surréaliste, des images qui ne sont pas sans rappeler certains tableaux de Magritte. Graphiquement, ça donne quelque chose de très joli. On est dans le monde du rêve. Le seul point qui relie ce monde au nôtre c’est la présence de Melinda.