Cockpit (the)

cockpitimage

La seconde guerre mondiale est un événement très complexe. Comment cela s’est-il réellement passé? Il faut énormément d’informations pour se rendre compte de ce qu’elle a représenté.

Et cela, l’auteur de la série animée The Cockpit l’a bien compris. Produit en 1993, cet OAV de guerre se base sur le manga du célèbre Leiji Matsumoto intitulé “Battlefiled”. Avec cette mini-série de 3 épisodes de 30 minutes, il nous livre trois angles de vue différents permettant de comprendre la guerre 40-45, et plus particulièrement le phénomène kamikaze durant cette période.

Le premier épisode intitulé ‘Vol Dans Les Cieux” se déroule en Allemagne en 1945. Il met en scène l’aviateur allemand Rainders qui a pour mission de protéger l’arme qui fera triompher les Nazis: la première bombe à tête nucléaire. Il doit ainsi escorter le bombardier porteur non seulement de l’arme, mais aussi de son amour d’enfance. Alors que la veille, la jeune fille avait supplié Rainders de détruire le bombardier avant que le cargo ne soit déployé, l’aviateur se trouve face à un dilemme: mener à bien cette mission diabolique ou tuer l’amour de sa vie.

Le second épisode “Escadron Fleur De Cerisier” se déroule au Japon durant l’été ’45. Il nous informe sur les kamikazes japonais, en d’autres mots des bombes humaines utilisées durant la guerre du Pacifique. Nous suivons ainsi le capitaine Nogami bien décidé à donner sa vie aux commandes de la fusée-suicide propulsée sur un destroyer de l’armée américaine.

Enfin, “Soldats Motards” est le dernier épisode de la série. Il se tient à l’archipel des Philippines en 1944. Nous y suivons les aventures de deux soldats égarés qui se lancent par conviction, mais aussi par honneur, dans une course folle dont l’issue leur sera fatale.

The Cockpit ce sont donc trois petits films, trois histoires de kamikazes très bien mises en scène et d’une grande intensité. Ici pas de bons petits américains victorieux, pas de happy end mais des personnages humains qui sont parfois forcés de prendre des décisions qui mènent à la destruction ou à la mort. Pas de pro-américanisme donc, ce qui peut paraître logique lorsqu’il est question d’une production japonaise.

Une grande qualité de cette série de guerre réside dans le soucis du détail accordé à chaque machine, chaque avion qui y est présenté. Les personnages également ont des traits de personnalités bien développés et distinctifs. On remarque que la tristesse de la guerre et l’incertitude touchent l’ensemble des soldats, et cela peu importe leur nationalité.

Il faut néanmoins pointer du doigt la quasi absence d’attitudes ou propos racistes qui faisaient rage pendant la guerre. The Cockpit c’est l’histoire de combats entre nations, entre soldats provenant d’horizons différents, mais des soldats qui nous donnent l’impression de combattre davantage la guerre et les atrocités qu’elle engendre plutôt que leurs ennemis.

Ce film historique est donc un récit très humain et poignant, parfois un peu dur à regarder. Il est recommandé aux adultes et adolescents étant donné qu’il nécessite une certaine maturité pour comprendre ce qui est en jeu.

Et bien que la série animée ne met en exergue qu’une minime partie de ce qu’a représenté la grande guerre, nous ne pouvons que ressortir plus grand du visionnage de ce chef d’œuvre de Leiji Matsumoto.

À propos de Cindy Willeme

Cindy Willeme est licenciée en Analyse des médias. Elle a réalisé son travail de fin d’études sur la réception de la série Sex & The City, ce qui l’a amenée dans les coulisses d’AFDS.tv. Sortie des études, elle travaille dans l’organisation d’événements en rapport avec l'audio-visuel.
x

Regardez aussi

Luck

Luck nous plonge dans l’univers des courses hippiques, ce qui n’est peut-être pas le "dada" de tout le monde. L'occasion de découvrir ce milieux plutôt fermé au travers des regards de parieurs, jockeys, entraîneurs, organisateurs de courses... Une plongée opaque dans ce monde très particulier.

Six Feet Under

L’envol d’un oiseau dans le ciel, un arbre et la nature paisible face à l'horizon, deux mains qui se lâchent... Pas de doute, la mort est bien présente dans le générique de Six Feet Under. Et comment pourrait-il en être autrement puisqu'elle est l'un des sujets principaux de cette série d'Alan Ball?