Triangle

 

Non, Bryan Singer ne compte pas que des réussites à son actif. Le brillant réalisateur des deux premiers X-Men et du cultissime Usual Suspects s’est aussi planté dans les grandes largeurs en produisant et en signant le scénario de The Triangle.

Cette mini série de science-fiction a pourtant rencontré un joli succès sur la chaîne SyFy (Sci-Fi Channel à l’époque) en 2005. Mais succès ne rime pas forcément avec qualité et après le visionnage de près de 4 heures de clichés, de lieux communs et d’intrigues cousue de fil blanc, on peut se demander ce que le talentueux réalisateur est allé faire dans cette galère.

A sa décharge, Bryan Singer s’est adjoint les services de Dean Devlin pour signer le scénario de cette bouse. Celui-là même à qui l’on doit le très fin et patriotique Independance Day et le monstrueux Godzilla version US. Oui oui, le navet avec Matthew Broderick et Jean Reno!

Les deux compères ont donc décidé de s’attaquer à ce vieux mystère qui entoure le Triangle des Bermudes. Pour ceux qui l’ignorent, il s’agit d’une zone géographique située dans l’Atlantique célèbre pour avoir provoqué le naufrage de nombreux bateaux et avions. OVNIS, complot gouvernemental, faille spatio-temporelle, champ électromagnétique. Les thèses sont nombreuses et souvent plus farfelues les unes que les autres.

Il n’en fallait pas plus pour construire une histoire jouant à fond la carte du fantastique. Le Triangle des Bermudes devient ainsi l’épicentre de nombreux enjeux et plus généralement de l’avenir du monde.

Tout commence lorsqu’un armateur millionnaire s’inquiète des naufrages successifs de ses bateaux, systématiquement dans la zone présumée du Triangle des Bermudes.

Non seulement, il perd de nombreux millions, mais en plus il se voit hanté par une ombre qui apparaît dans les reflets de ses miroirs. Une ombre qui lui ressemble étrangement, mais qui présente pourtant des différences. Bien décidé à tirer cela au clair, il monte une expédition afin de percer le mystère.

Il fait ainsi appel à une équipe de choc composée d’un journaliste tenace et érudit sur le Triangle, d’une brillante océanographe aux convictions fortes, d’un météorologiste de renom aux méthodes peu orthodoxes et d’un médium sur le déclin.

On notera au passage l’avalanche de stéréotypes qui a servi à construire les héros: le père de famille divorcé qui tente de recoller les morceaux avec sa femme et sa fille, la bombasse que l’on fait passer pour une scientifique alors qu’il manque certainement quelques années à son cursus ou encore le météorologue bad boy qui doit passer plus de temps en salle de musculation que derrière son ordinateur. Enfin soit…

L’entrepreneur somme ses 4 fortes têtes de trouver une explication valable et scientifique à ces phénomènes. En récompense, il les arrosera de 5 millions de dollar chacun. Une offre qu’aucun des 4 n’est franchement en mesure de refuser.

Les 4 compères, qui ne se connaissent ni d’Eve ni d’Adam au début de l’histoire, se mettent rapidement au travail. Un crash d’avion et une épopée en sous-marin plus tard, les voilà tous affectés par les effets du Triangle des Bermudes.

Hallucinations, rêves prémonitoires et mondes parallèles feront très vite partie de leur quotidien. Les 4 héros seront enfin rejoints par un défenseur de Greenpeace qui a également approché le Triangle et souffre d’amnésie partielle.

Si la première partie de la série donne le change avec un mystère qui s’installe progressivement, les seconde et troisième parties convainquent nettement moins. La faute au parti pris des scénaristes de rajouter une bonne rasade de clichés à une histoire qui n’en manquait déjà pas.

Et oui, Ô surprise, c’est un complot gouvernemental, l’US Navy plus précisément, qui semble être la source de tous ces phénomènes paranormaux.

Si au moins les effets spéciaux pouvaient sauver la série du naufrage… Même pas. Oh, la jolie maquette que l’on essaie de faire passer pour un avion pris dans la tempête!

Le clou du spectacle restera sans doute cet horrible happy-end conventionnel et dégoulinant de bons sentiments et qui tente de faire oublier les nombreuses incohérences dans le scénario.

Je suis prêt à parier que même Bryan Singer rêve de faire disparaître cette erreur de parcours dans le Triangle des Bermudes!

À propos de Nathanaël Picas

Nathanaël Picas a suivi des études de journalisme à l’Université Catholique de Louvain. Sa formation terminée, il a travaillé en tant que journaliste free lance pour la presse écrite et télévisée. Il a également été animateur sur Musiq’3. C’est à cette époque qu’il a rejoint l’équipe d’AFDS. En 2005, il devient attaché de presse dans une agence de communication.
x

Regardez aussi

Melrose Place

Melrose Place fera les beaux jours de la Fox de 1992 à 1999, 226 épisodes remplis de rebondissements, de vengeances, de coups tordus, de personnages haut en couleur et complètement dingues. Meurtres, résurrections, kidnapping... Melrose Place fut le premier soap totalement décomplexé.

Lois & Clark: 2.21 Whine, Whine, Whine

Episode charnière de la série Loïs et Clark: celui durant lequel Loïs découvre que Clark Kent est Superman. En soi, ce n'est pas vraiment un épisode exceptionnel ni dans son écriture ni dans sa mise en scène. Mais il est très important car il bouleverse toute l'histoire et la dynamique de la série.