Accueil > Les Chroniques > Séries Cinéma > Incorruptibles (les)

Incorruptibles (les)

incorruptiblesmovieimage

Avant son adaptation très controversée de Mission: Impossible, le réalisateur infidèle Brian de Palma s’était déjà fait remarquer dans cet exercice de style avec Les Incorruptibles.

Véritable succès populaire, la série Les Incorruptibles a marqué un grand nombre de personnes entre 1959 et 1963 à cause de sa violence et de son réalisme. Une violence qui fait bien sourire les fans de The Shield aujourd’hui… mais soit.

La série racontait comment Eliot Ness a arrêté Al Capone. L’intérêt principal de l’histoire était qu’elle narrait les exploits de l’antithèse des gangsters: elle présentait des policiers fonctionnant sur le même schéma que celui des gangsters au détail près qu’ils étaient… du bon côté et surtout incorruptibles. Ce qui était novateur bien que très politiquement correct.

La série fut louée pour son casting qui révéla un nombre de talents plutôt impressionnant. Jugez plutôt: Charles Bronson, Robert Redford, Peter Falk, James Caan, Martin Landau, Leslie Nielsen… Rien que ça!

Mais en dépit de son incroyable audimat, Les Incorruptibles ne survécurent que le temps de 4 saisons. La débauche de violence ne devait pas être du goût de tout le monde à l’époque.

Toutefois, la série fut transposée une première fois au cinéma d’une manière très particulière. En effet, l’épisode pilote connut les honneurs du grand écran dès 1959.

Avec un tel succès, on aurait pu penser que la série serait rapidement adaptée au cinéma. Il fallut pourtant attendre que les films de gangsters reviennent à la mode avec le Parrain pour que le projet fasse son apparition.

C’est en 1986 que Brian de Palma tombe sur le script de David Mamet. Sur ce, le réalisateur décide, au grand désarroi des fans, d’éluder totalement la série et de ne se concentrer que sur l’histoire originelle, à savoir les aventures d’Eliot Ness. Il refusera d’ailleurs de faire la moindre référence à la série. Ouh, le méchant!

Pour se venger, la série ne facilitera pas la vie au réalisateur puisque sa renommée fut un obstacle à la réalisation du film. Ainsi, Brian de Palma rencontra les pires difficultés à trouver son acteur principal.

Il contacta Mel Gibson, Harrison Ford et William Hurt. Tous 3 refusèrent sous prétexte qu’ils ne voulaient pas incarner un personnage trop marqué par une série télé. Ironie du sort, Mel Gibson jouera quelques années plus tard dans Maverick, Harrison Ford dans Le Fugitif et William Hurt dans Perdus Dans l’Espace! Et toc!

Heureusement pour Brian de Palma, Steven Spielberg arrivera à convaincre Kevin Costner de reprendre le rôle d’Eliot.

Au final, Les Incorruptibles est un bon film. Il rencontra un joli succès au cinéma, appuyé par un casting d’enfer: Kevin Costner, Robert de Niro, Sean Connery… finalement tout comme la série.

Comme quoi, Brian de Palma a réussi malgré tout et malgré lui à faire un clin d’oeil à la série!

Avant son adaptation très controversée de Mission: Impossible, le réalisateur infidèle Brian de Palma s’était déjà fait remarquer dans cet exercice de style avec Les Incorruptibles. Véritable succès populaire, la série Les Incorruptibles a marqué un grand nombre de personnes entre 1959 et 1963 à cause de sa violence et de son réalisme. Une violence qui fait bien sourire les fans de The Shield aujourd'hui... mais soit. La série racontait comment Eliot Ness a arrêté Al Capone. L’intérêt principal de l’histoire était qu’elle narrait les exploits de l’antithèse des gangsters: elle présentait des policiers fonctionnant sur le…

En quelques mots...

Nathanaël Picas
Alexandre Marlier

Les Incorruptibles

Critique de l'auteur: Brian De Palma met son talent au service de cette adaptation cinéma d'une légendaire série. Une réussite.

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Nathanaël Picas

Nathanaël Picas a suivi des études de journalisme à l’Université Catholique de Louvain. Sa formation terminée, il a travaillé en tant que journaliste free lance pour la presse écrite et télévisée. Il a également été animateur sur Musiq’3. C’est à cette époque qu’il a rejoint l’équipe d’AFDS. En 2005, il devient attaché de presse dans une agence de communication.

Laisser un commentaire

x

Regardez aussi

Melrose Place

Melrose Place fera les beaux jours de la Fox de 1992 à 1999, 226 épisodes remplis de rebondissements, de vengeances, de coups tordus, de personnages haut en couleur et complètement dingues. Meurtres, résurrections, kidnapping... Melrose Place fut le premier soap totalement décomplexé.

Lois & Clark: 2.21 Whine, Whine, Whine

Episode charnière de la série Loïs et Clark: celui durant lequel Loïs découvre que Clark Kent est Superman. En soi, ce n'est pas vraiment un épisode exceptionnel ni dans son écriture ni dans sa mise en scène. Mais il est très important car il bouleverse toute l'histoire et la dynamique de la série.