Accueil > Les Chroniques > Who's Who > Roseanne Barr

Roseanne Barr

Il fut un temps où la femme au foyer américaine n’avait pas la tête sexy d’Eva Longoria et où elle n’avait plus tout à fait la tête parfaite de Samantha Stephens (Ma Sorcière Bien Aimée). Fin des années ’80, à la plus grande horreur des Américains, la femme au foyer la plus célèbre était Roseanne Conner.

Petite, rondelette, les cheveux parfois gras, le repas n’était pas toujours sur la table quand son mari rentrait, ses enfants étaient des terreurs, l’argent manquait souvent… La déesse domestique, Domestic Goddess, c’était elle! Et c’était déjà elle bien avant qu’ABC nous réinvente le concept de déesse du foyer.

Roseanne fait partie des séries qui ont contribué à relancer la sitcom familiale, notamment en lui enlevant le côté trop glamour qu’elle avait trop souvent.

Roseanne Conner est également un personnage important pour l’évolution de l’image de la femme à la télévision. Arrêter de penser les femmes comme des mères et des épouses parfaites était le pas nécessaire pour voir les femmes comme elles sont et non comme les traditions patriarcales les voient. Ce pas, la télévision américaine ne l’avait pas franchi beaucoup avant cette série au goût de révolution amère.

Le succès de la série était prévisible selon l’actrice. “Le show parlait des femmes, de la guerre des sexes, de la politique, de la classe ouvrière. Est-ce que j’avais prévu le succès? En fait oui. Parce que je savais qu’il remplissait un vide” (As Roseanne told The New York Times, April 16, 1997).

Howard Rosenberg, chroniqueur au Los Angeles Times, a déclaré que Roseanne a été déterminante, changeant la manière dont les téléspectateurs regardent les sitcoms familiales et changeant les relations au monde que ces sitcoms représentent.

La biographie reprise sur son blog dit qu’elle savait déjà à trois ans qu’elle deviendrait une comique. Vu que cette affirmation sort d’un site officiel, on doit évidemment la prendre avec des pincettes. A trois ans donc, selon la légende, elle amusait sa famille réunie pour le Shabbat dans l’appartement de sa grand mère. Ses pitreries attiraient tellement l’attention qu’elle pensait être le centre de l’univers.

Une chose est certaine en tout cas, elle a effectivement choisi assez tôt le métier de comédienne puisqu’elle étudie l’art dramatique dès le lycée. A à peine 20 ans, elle amusait toujours les foules, mais dans les cafés où elle travaillait. Sur les conseils de ses clients qui la trouvaient très drôle, elle a commencé à proposer ses services dans les clubs de Denver.

En 1983, elle était connue comme la reine de comédie de Denver (Queen Of Denver Comedy). C’est à cette époque qu’elle a créé son personnage de femme au foyer de la classe ouvrière. Dès qu’elle a passé ses premières auditions à Los Angeles, elle a été prise enchaînant les shows et débarquant tout aussi rapidement à la télévision. En s’arrêtant après la série Roseanne, elle dira que le succès est arrivé trop vite.

Vous l’aurez peut-être compris, quand on parle de “Roseanne”, il est difficile de savoir si on fait référence à l’actrice, au personnage ou à la série. Si vous y ajoutez les différents spectacles comiques qui portent également tous le nom de la comédienne quelque part, c’est difficile de s’y retrouver.

Il faut dire qu’elle met beaucoup d’elle dans ses productions. A l’époque de la série, la comédienne était présente dans les médias autant pour son show que pour ses divorces. Des mauvaises langues disaient que ses déboires se retrouvaient directement dans les épisodes de la série.

L’exemple le plus connu s’est déroulé au moment de son divorce avec Tom Arnold. Elle était alors connue et créditée au générique de la série en tant que “Roseanne Arnold”. Le jour de son divorce, elle a écrit simplement “Roseanne” et tous ses collaborateurs ont été désignés uniquement par leur prénom.

Comme pas mal de comédiens-baroudeurs américains, elle a plusieurs cordes à son arc. Elle est évidemment actrice, productrice et scénariste. A la naissance de ses premiers petits enfants, elle a enregistré un CD de chansons pour enfants.

Récemment, elle a renoué avec la comédie télé en apparaissant dans un épisode de My Name Is Earl (2006). Cela faisait plus de 10 ans qu’elle avait déserté les écrans. Elle avait incarné la cousine de Fran dans Une Nounou D’Enfer (1997) juste après l’arrêt de Roseanne (1988-1997), et avait ensuite disparu.

Elle a aussi recommencé à faire des spectacles avec “Roseanne Barr: Blonde & Bitchin’”. Pour l’occasion, une soirée spéciale a été programmée sur HBO le 4 novembre 2006. Pour ce spectacle, elle a complètement changé d’apparence: elle a perdu du poids, elle est blonde et elle a subi des opérations de chirurgie esthétique.

Pendant un temps, des rumeurs ont prétendu qu’elle allait participer à la quatrième saison de Desperate Housewives sur ABC. Ca n’a pas été le cas. Mais qu’en penser? Mélanger Roseanne avec le glamour qu’elle a toujours détesté aurait-ce été un sacrilège ou au contraire complètement jouissif?

À propos de Sarah Sepulchre

Sarah Sepulchre est professeure à l’Université de Louvain (UCL, Belgique). Ses recherches portent sur les médias, les fictions, les cultures populaires, les gender studies et particulièrement sur les représentations, les liens entre réalité et fiction. Sa thèse de doctorat était centrée sur les personnages de séries télévisées.
x

Regardez aussi

Magnum: 1.01 Don’t Eat the Snow in Hawaii

L'épisode pilote de Magnum P.I. ne se distingue pas vraiment beaucoup des autres... Sauf que la série s’ouvre sur le pari que Thomas Magnum va gagner et qui va lui permettre de squatter allègrement le domaine de Robin Masters et d’utiliser... la célèbre Ferrari rouge.

The Pacific

The Pacific, c'est tout un pan peu connu par les européens de la seconde guerre mondiale, de la bataille de Guadalcanal à une permission à Melbourne en passant par les traumatismes des combats, pour terminer par la bataille de Peoleliu, la victoire finale et le retour au pays...