Walking Dead (the)

walkingdeadgeneimage

Je vais vous parler aujourd’hui du générique de la désormais célèbre série à frissons The Walking Dead.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, The Walking Dead c’est l’histoire d’un groupe de personnes ayant échappé à une invasion zombie et qui tente de survivre par tous les moyens. Cette série est adaptée par Franck Darabont et Robert Kirkman, créateur du comics du même nom.

Revenons maintenant au générique de The Walking Dead. La musique est signée Bear Mac Creary, créateur également de la bande originale de plus de trente films et séries, dont notamment les B.O. de Battlestar Galactica, Eureka, ou encore The Cape.

La musique est, comme vous pouvez le deviner, angoissante, je dirais même oppressante et assez stéréotypée “films d’horreurs”. A coups de violons sourds et répétitifs, la bande son fait frissonner l’oreille des téléspectateurs. La musique appelle à une urgence paradoxale étant donné que nous savons que le combat est perdu d’avance: le monde appartient maintenant aux rôdeurs.

Mais ce sont aussi et surtout les images qui sont à glacer le sang. Parlons-en justement. Il faut premièrement savoir que les images du générique sont les mêmes pour les deux premières saisons, mais à la troisième, même si le thème reste inchangé, les images ne sont plus les mêmes. J’y reviendrai dans un instant.

Pour commencer, le générique des deux premières saisons de Walking Dead nous montre un grand nombre d’éléments indépendants tels qu’une fenêtre filmée dans une pièce plongée dans la pénombre, une poignée qui tourne laissant deviner derrière la porte un zombie, une photo de Rick qui est le personnage principal, les allées d’un supermarché désert et dépouillé, le visage froid de Shane, enfin une photo vieillie sur laquelle nous retrouvons le mine souriante de Lori, la femme de Rick.

Ensuite les images s’accélèrent: nous voyons une maison, une caravane abandonnée, un ours en peluche sali par la poussière gisant sur le sol, un château d’eau et une ligne à haute tension.

Nous arrivons alors en ville: des rues désertes, des bâtiments abandonnés, tout est froid et sans vie, un corbeau dévorant un petit animal mort, une vue lointaine de la ville, une image sur laquelle nous observons l’autoroute et les voitures allant toutes dans le même sens. On devine ici l’angoisse: les citadins ont voulu quitter la ville, fuir ce qui allait changer la face du monde, mais il était déjà trop tard pour eux. Le générique se termine par le titre de la série écrit en grosses lettres au milieu de l’écran: The Walking Dead.

Le générique nous montrera toujours des images en sépia ou noir et blanc, afin de garder cette atmosphère très sombre, une façon de marquer la naissance d’une nouvelle ère.

Pourtant, bien que les tons utilisés dans le générique ne changent pas, les images, elles, vont être adaptées à la situation actuelle des héros.

En effet, alors que les images de la saison 2 sont loin d’être joyeuses, le générique de la saison 3 est un concentré d’angoisse, de vide et de mort. Nous avons ici perdu tout espoir en la vie.

Le monde se traduit désormais par des carcasses de voitures, de la terre, de la boue, des bâtiments rongés par la rouille, l’homme n’est plus qu’une bête traquée par les zombies, le côté humain que nous retrouvions encore dans le premier générique a disparu: on ne voit plus de visage mais uniquement des éléments représentatifs de l’Homme.

Par exemple une plaque de shérif: à la fin de la saison 2, Rick délaisse son rôle de leader, ce qui est caractérisé ici par l’abandon de sa plaque. On voit un oeil de zombie scrutant derrière la serrure d’une porte, ou encore une flèche de Daryl.

Chaque plan est filmé en accéléré alors qu’il ne se passe strictement rien, comme si le temps était suspendu. Seuls les nuages défilent et une montre aux aiguilles devenues folles nous rappellent que le temps continue d’avancer.

Le titre de la série The Walking Dead est donc bien représentatif de son univers. The Walking Dead, c’est une route. Les routes empruntées par les personnages et le chemin parcouru dans un seul but: survivre.

Nous observons par ailleurs dans ce générique l’autoroute, la ferme d’Hershel, une forêt, quelques maisons abandonnées, et enfin la prison fortifiée qui symbolise le peu d’espoir qu’il leur reste.

Un générique réfléchi donc, à l’image de cette série aussi excitante qu’excellente.

Je vais vous parler aujourd'hui du générique de la désormais célèbre série à frissons The Walking Dead. Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, The Walking Dead c'est l'histoire d'un groupe de personnes ayant échappé à une invasion zombie et qui tente de survivre par tous les moyens. Cette série est adaptée par Franck Darabont et Robert Kirkman, créateur du comics du même nom. Revenons maintenant au générique de The Walking Dead. La musique est signée Bear Mac Creary, créateur également de la bande originale de plus de trente films et séries, dont notamment les B.O.…

En quelques mots...

Cindy Willeme
Alexandre Marlier

The Walking Dead

Critique de l'auteur: Angoissant, sombre et stressant, voilà un générique à l'image de l'excellentissime série Walking Dead.

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Cindy Willeme

Cindy Willeme est licenciée en Analyse des médias. Elle a réalisé son travail de fin d’études sur la réception de la série Sex & The City, ce qui l’a amenée dans les coulisses d’AFDS.tv. Sortie des études, elle travaille dans l’organisation d’événements en rapport avec l'audio-visuel.

Laisser un commentaire

x

Regardez aussi

Six Feet Under

L’envol d’un oiseau dans le ciel, un arbre et la nature paisible face à l'horizon, deux mains qui se lâchent... Pas de doute, la mort est bien présente dans le générique de Six Feet Under. Et comment pourrait-il en être autrement puisqu'elle est l'un des sujets principaux de cette série d'Alan Ball?

CH:OS:EN

Des individus reçoivent une boîte. A l'intérieur se trouve la photo d'une autre personne, une date et une heure, une arme et une consigne: exécuter la cible. Mais ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'ils sont également la proie de quelqu'un d'autre qui a reçu une boîte et une consigne similaires.