Accueil > Les Chroniques > Who's Who > Chris Carter

Chris Carter

Deux hommes sont assis à une table de la cantine de la 20th Century Fox Television. L’un d’entre eux laisse entendre qu’il a toujours rêvé de produire quelque chose de vraiment terrifiant. Les mots “vampire” et “OVNI” passent dans la conversation. “Nous avons beaucoup discuté de ce qu’on ne voyait pas sur les chaînes de télé et déploré que la télévision ait négligé depuis longtemps l’art raffiné de faire peur au public”, se rappelle l’un d’eux.

Pas étonnant dans ce cas que les publicitaires se soient emparés de cet élément en conseillant aux téléspectateurs: “Ne regardez pas seuls”. Ces deux hommes étaient Peter Roth, président des productions TV de la Fox, et son protégé, Chris Carter. La série qui allait naître de cet échange s’intitule X-Files, Aux Frontières Du Réel. L’anecdote est racontée par Brian Lowry dans son guide officiel.

Le 10 septembre 1993, Dana Scully se dirige vers les sous-sols du building du FBI. “Il n’y a personne, à part le plus mal aimé des agents”, répond Fox Mulder. Elle est là pour le surveiller, il enquête sur les phénomènes inexpliqués. Ils finiront par former une équipe puis un couple légendaires.

Aux Frontières Du Réel est née de l’amour de jeunesse de Chris Carter pour La Quatrième Dimension, Alfred Hitchcock Présente et une série moins connue: Dossiers Brûlants, diffusée de 1974 à 1975 sur ABC. Carter ne voulait pas tomber dans les pièges dans lesquels s’était empêtrée cette dernière. Dossiers Brûlants a très vite manqué d’originalité et Carl Kolchak, le héros, rencontre toujours “par hasard” les vampires, zombies et loups-garous.

Le film Le Silence des Agneaux lui apporte une première réponse: les personnages seront des agents du FBI, ce qui leur donne une raison d’aller au devant des phénomènes bizarres. Et puis, une mythologie sous-jacente à la série, celle du complot gouvernemental, permettra de renouveler les intrigues.

Si Carter en est arrivé là, c’est grâce à Peter Roth, son interlocuteur lors du déjeuner à la cantine. Il se sont rencontrés au sein des production Stephen J. Cannell. Carter avait envoyé un pilote de série axé sur des surfeurs. La fiction ne verra jamais le jour mais Peter a été impressionné par son talent de dialoguiste. Il le fait travailler sur Palace Guard.

Quand Roth passe dans l’équipe de la Fox, il emmène Carter avec lui et l’appuiera jusqu’au bout. Un pari pas nécessairement gagné d’avance: Carter est pratiquement inconnu, le concept de X-Files ne convainc pas directement et il n’a aucune expérience en tant que producteur exécutif, surtout pour une série aussi complexe. Selon Carter, cité toujours dans le guide officiel de Brian Lowry, son ardeur au travail, son obstination, son expérience précédente en tant que rédacteur en chef, et sa terreur de l’échec l’ont motivé.

Aux Frontières Du Réel parle d’un mensonge à l’échelon planétaire, mais sa réputation d’auteur malsain et paranoïaque, le blond Californien la doit à une autre série: Millennium. Frank Black est lui aussi un agent qui tente de lutter contre la cruauté décuplée de l’humanité à l’approche de l’an 2000. Frank s’attaque ni plus ni moins au Mal absolu présent dans chaque être humain. Il faut se méfier de son voisin. La fiction est difficile, noire, morbide. En conséquence, elle ne durera que trois saisons.

Pourtant, Carter se défend d’être parano. Dans une interview donnée pour la sortie vidéo des deux premiers épisodes, il dit qu’il pense que Millennium possède un point central très lumineux. Frank Black a repeint sa maison dans la couleur de la lumière, le jaune. Il est habité d’un espoir et d’un optimisme rassurant. C’est le monde autour de lui qui est noir. Analyse criminologique et biblique se confondent.

Mythologie et paranoïa sont également au rendez-vous de sa troisième création. Harsh Realm raconte l’histoire d’un soldat piégé dans un univers virtuel dirigé par un dictateur. Neuf épisodes écrits, trois diffusés. La Fox a commis l’erreur de ne pas promouvoir le programme convenablement. Pourtant les critiques étaient excellentes. Cette fois, c’est le pouvoir militaire qui est en point de mire.

Avec ces trois séries, Carter se sera attaqué à l’état, l’armée, la science, les médias bref tout ce qui possède un peu de contrôle social.

Depuis le 13 octobre 1956, Christopher Carter est passé du journalisme et du surf, de Disney Studio à Ten Thirteen Productions, sa propre boite, et au grand écran en 1998 avec le film Aux Frontières Du Réel.

Un succès dont la clé est peut-être: TrustNo1.

À propos de Sarah Sepulchre

Sarah Sepulchre est professeure à l’Université de Louvain (UCL, Belgique). Ses recherches portent sur les médias, les fictions, les cultures populaires, les gender studies et particulièrement sur les représentations, les liens entre réalité et fiction. Sa thèse de doctorat était centrée sur les personnages de séries télévisées.
x

Regardez aussi

Magnum: 1.01 Don’t Eat the Snow in Hawaii

L'épisode pilote de Magnum P.I. ne se distingue pas vraiment beaucoup des autres... Sauf que la série s’ouvre sur le pari que Thomas Magnum va gagner et qui va lui permettre de squatter allègrement le domaine de Robin Masters et d’utiliser... la célèbre Ferrari rouge.

The Pacific

The Pacific, c'est tout un pan peu connu par les européens de la seconde guerre mondiale, de la bataille de Guadalcanal à une permission à Melbourne en passant par les traumatismes des combats, pour terminer par la bataille de Peoleliu, la victoire finale et le retour au pays...