Made In Flandre

MIF: 1.11 Van Vlees En Bloed, Du Sang, Des Boyaux, De La Rate Et Du Cerveau!

Salut Auditeur, c’est reparti pour un tour! Mais rassure toi, on arrive bientôt à la fin de ce feuilleton. Tu pourras repartir à ta petite vie bien rangée et continuer à ignorer toutes ces séries flamandes. Tu penses vraiment que tu pourras? Pas sûr après celle que je vais te présenter… Allez, trêves de courbette, entamons ce 11ème podcast de Made In Flandre avec “Van Vlees En Bloed”, littéralement “De viande et de sang”.

Une fois n’est pas coutume, l’histoire se déroule dans une boucherie; ce qui donne enfin sens à ce titre; et qui est plutôt original de mon point de vue. La série a été produite par Woestijnvis, une société de production bien connue en Flandre qui a donné naissance à de nombreux programmes tels que De Slimste Men Ter Wereld.

Avec Tom Van Dyck et Michiel Devlieger à l’écriture, Woestijnvis peut se vanter d’avoir engrangé de nombreux prix avec Van Vlees En Bloed: meilleure mini-série, meilleur programme fiction, meilleur acteur de série, meilleure actrice et j’en passe!

La série se divise en 7 épisodes de 45/50 minutes et nous plonge dans le quotidien d’une boucherie familiale. Nous suivons les mésaventures de la famille Vangenechten.

Nous avons Maria, la grand-mère qui contrôle l’établissement tout entier. Un caractère de cochon au début, mais finit par se révéler être un des personnages les plus sympathiques et des plus clairvoyants. Vient ensuite, ses trois enfants, Luc, quelque peu retardé, Gerda, qui est marié à Maurice, un petit fouineur qui ne pense qu’à son profit, et enfin André et son épouse Liliane.

Il existe également deux employés qui font presque partie, eux, aussi de cette grande famille, Mike et Anke. Et tout commence à l’arrivée de Rudy, le fils de Liliane et d’André, qui a décidé de revenir dans la famille. Cela fait longtemps que l’on ne l’a plus vu et puis surtout pour lui, la boucherie, c’est de la daube. Alors son retour, la saucisse entre les jambes est plutôt mal vu par son père André.

Mais Rudy compte s’accrocher et trouver sa place au sein de l’institution familiale. Hé bien évidemment, c’est la que les quiproquos vont s’enchaîner, et les relations entre les individus vont se nouer, se détordre et évoluer bien entendu.

Et il faut l’avouer, c’est parfois drôle, c’est parfois cocasse et parfois c’est… chiant. Oui, on a des intrigues qui sont intéressantes et font avancer l’histoire, mais d’autres par contre sont totalement inutiles et, à plusieurs reprises je me suis dit: “mais on s’en fout, on s’en fouuuuuut”!

Par contre, je tiens quand même à souligner le magnifique second rôle, celui d’Herman. Un individu marginal, affublé d’une moustache, d’un jogging, curieux maladif, et intrusif au possible. Je dois bien avouer que ce personnage est extrêmement jouissif et tellement réaliste.

Par contre, au niveau de la réalisation, carton rouge! Malgré un générique très soigné et très esthétique, la série entière est filmée comme un vieux téléfilm. C’est un parti pris, sans aucun doute, mais qu’est ce que ça fait fake. On dirait des vieux plateaux, des endroits sans vie, c’est carrément risible.

Et je pense que c’est ce qui manque à la série pour vraiment décoller. Ce parti pris dessert l’effet tragi-comique car il ne permet pas d’apprécier la profondeur des moments tristes et il rend ridicule certains traits d’humour un peu plus fins.

Au final, la série a du potentiel, mais elle n’arrive pas à décoller véritablement, ce qui la rend ennuyeuse 3 fois sur 4 et c’est bien dommage car il y a quelque chose à en tirer.

Tu vois, Auditeur, j’ai menti, elle n’en valait pas tant que ça la peine finalement.

Bon, promis je me rattraperai la prochaine fois!

En quelques mots...

Sébastien Porcu

Van Vlees En Bloed

Une série entremêlée de viande et de sang. Non, il ne s'agit pas d'un Walking Dead flamand, mais d'une série sur une famille de bouchers. De bonnes idées, mais tourné comme un téléfilm bas de gamme.

User Rating: Be the first one !
Crédits Photos:
Woestijnvis
Tags

Sébastien Porcu

En 2012, Sébastien Porcu est diplômé en journalisme à l'UCL. Fan de cinéma, il consacre son mémoire de fin d'études sur les drames sociaux belges en y comparant les approches francophones et flamandes. Sa venue dans AFDS va de paire avec son envie de partir en Australie. Une occasion de plus pour découvrir de nouvelles séries!

Du même auteur:

Découvrez également

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer