Accueil > Les Feuilletons > Made In Flandre > MIF: 1.13 Het Geslacht de Pauw, Souriez! Vous Etes Filmés.

MIF: 1.13 Het Geslacht de Pauw, Souriez! Vous Etes Filmés.

Het Geslacht de Pauw

Salut auditeur,

On arrive à la fin de cette saison de Made In Flandre. Oui, je sais, il fallait mettre un terme au massacre.

Pour finir en beauté, je me suis plongé dans “Het geslacht de Pauw” (la Famille de Pauw), diffusée sur Eén en 2004. Une série pas vraiment comme les autres. En effet, il s’agit ici d’un mockumentary, un peu comme Modern Family, sauf qu’il parodie les émissions de télé-réalité des célébrités.

Vous savez, ces innombrables heures de pellicule gâchées à filmer les fesses des Kardashian, les caprices de Paris Hilton ou encore la vulgarité des Osbourne, hé bien ici Bart de Pauw, acteur, producteur de télévision et scénariste, a décidé de s’y atteler. Il nous propose une plongée intrusive dans sa vie de tous les jours.

Évidemment, si tout cela fait plus vrai que nature, nous sommes clairement dans la parodie, avec des acteurs qui jouent sa prétendue famille. Cependant, l’acteur a fait très fort car il a filmé des parties de sa vraie vie en l’intégrant dans la série. Il essayera par exemple de quémander des réductions pour les célébrités chez son épicier ou encore, durant une remise des prix se permet de lancer la publicité de sa propre initiative.

Durant deux saisons, nous suivons les hauts et les bas de la tribu de Pauw. Il y a tout d’abord Bart et son côté “je suis connu, je dois donc être parfait et le meilleur en toutes circonstances”, sa femme Maaike, naïve et jalouse, qui veut s’afficher comme une reine de beauté et qui ne réchigne pas à claquer son argent dans des tenues onéreuses.

On a également Benny, le plus jeune frère de Bart. Geek à ses heures perdues et ami des animaux. Sa chambre est couverte de poster de chatons, chèvres et autres poneys tout
mignons. Le deuxième frère de Bart, Tom, qui fait des magouilles assez louches. Sa femme, quant à elle, travaille dans un salon de massage et se révèle être très naïve et optimiste. Il y a aussi José la grand-mère de Bart, qui semble être le personnage le plus rationnel de cette famille.

Vous rajoutez à cela une tripotée de mômes, deux ou trois, pour Bart. Vous avez le parfait cliché de la famille de télé-réalité.

Afin d’analyser tout cela, je me suis focalisé sur la saison une, comme à l’accoutumée. Comment ça par manque de temps auditeur? Tu te tais!

Hum hum, Il faut donc compter en moyenne une trentaine de minutes par épisode durant lesquelles le quotidien des de Pauw nous est exposé, avec ce qu’il a de plus ridicule et misérable. Les situations balancent généralement entre l’ennui et le burlesque. Les personnages sont bien évidemment caricaturaux, mais remplissent extrêmement bien leurs rôles de sombres crétins. Difficile de croire qu’ils jouent un rôle tellement ils ont l’air réels.

Car le genre de personnages qu’ils incarnent est typique de ceux qu’on peut voir dans ce type d’émissions. A la fois égocentriques, puis faibles, perdus et en plein crise de confiance. Les petits confits prennent des proportions énormes et cela, on adore.

Et c’est véritablement ce qu’a voulu faire Bart de Pauw en se moquant des Bvs, les Bekende Vlaams, à savoir les Flamands connus. En ajoutant une pincée de satire, il arrive à mettre en exergue l’absurdité de certaines situations, notamment dans des séquences plus mondaines ou encore dans celles de la vie de tous les jours.

Le générique, lui-même, est déjà révélateur de l’état d’esprit de la série, nous montrant cet univers de rêve, clinquant ou tout semble irréel. Et bien au fur et à mesure, le générique, si propret, montrant la famille de Pauw exceller dans sa présentation se détériore pour notre plus grand plaisir.

La série nous propose des moments hilarants et surtout met bien en lumière l’absurde de ce genre d’émissions et du comportement de ces protagonistes. Le pire, c’est que je suis persuadé que les amateurs de ce genre de programme fécal pourraient adhérer à Het Geslacht de Pauw. C’est frais, c’est drôle et ça permet de se moquer, ce n’est pas plus mal.

Voila auditeur, il est l’heure pour moi de plier bagage. Rassure-toi, si ce n’est qu’un au revoir on se retrouvera!

Salut auditeur, On arrive à la fin de cette saison de Made In Flandre. Oui, je sais, il fallait mettre un terme au massacre. Pour finir en beauté, je me suis plongé dans "Het geslacht de Pauw" (la Famille de Pauw), diffusée sur Eén en 2004. Une série pas vraiment comme les autres. En effet, il s’agit ici d’un mockumentary, un peu comme Modern Family, sauf qu’il parodie les émissions de télé-réalité des célébrités. Vous savez, ces innombrables heures de pellicule gâchées à filmer les fesses des Kardashian, les caprices de Paris Hilton ou encore la vulgarité…

En quelques mots...

Sébastien Porcu

Het Geslacht de Pauw

Critique de l'auteur: Quoi de mieux qu'une fausse télé-réalité pour parodier les vraies télé-réalités? Bart De Pauw excelle dans cet art et nous propose des personnages hauts en couleur. Des situations cocasses viennent pimenter le quotidien de la star et nous prouvent l'absurdité de ce type d'émission.

Note des auditeurs/lecteurs Soyez le premier ou la première !

À propos de Sébastien Porcu

En 2012, Sébastien Porcu est diplômé en journalisme à l'UCL. Fan de cinéma, il consacre son mémoire de fin d'études sur les drames sociaux belges en y comparant les approches francophones et flamandes. Sa venue dans AFDS va de paire avec son envie de partir en Australie. Une occasion de plus pour découvrir de nouvelles séries!

Laisser un commentaire

x

Regardez aussi

MIF: 1.10 Safety First, Pas Op!

Dirk, sa soeur Ingrid, Luc et Simon (dit Smos) font partie de Safety First, une équipe d’agents de sécurité d’un amateurisme plus qu'épatant! Dirk, chef de la bande, entend former ses jeunes recrues au métier de vigile, tant bien que mal, entre sa volonté d’être un bon chef et d’être intégré.

MIF: 1.09 In Vlaamse Velden, A La Guerre Comme A La Guerre

In Vlaamse Velden nous plonge à Gand, dans le nord de la Belgique, en juillet 1914, dans l’intimité de la famille Boesman, qui va se retrouver confrontée à l’horreur de la guerre. Au cours d’un concert organisé dans la maison familiale, la nouvelle se propage, il faut prendre les armes...